Un crabe décorateur.
Un crabe décorateur. Photo : iStock

Sur la planète, les différentes formes de vie ont évolué de manière à être efficaces au sein de leur écosystème. Alors que certaines sont devenues des prédateurs redoutables et que d’autres ont développé des camouflages incroyables, plusieurs ont opté pour des propriétés plus uniques. On vous invite à en découvrir quelques-unes.

 

La carapace incassable du scarabée diabolique

Le scarabée diabolique semble tout droit sorti d’une œuvre de fantaisie en raison de sa cuirasse incroyablement résistante qui peut supporter le poids d’une voiture. Cet insecte qui ressemble à un petit caillou a troqué la faculté de voler il y a plusieurs milliers d’années pour la remplacer par un blindage ultra efficace.

La carapace du scarabée diabolique peut résister à une pression équivalant à  39 000 fois son poids. Pour un être humain de 150 livres, c’est donc l’équivalent de supporter environ six Boeing 747 sur son dos sans broncher.

Des scientifiques ont élucidé le mystère de cette résistance incroyable en octobre 2020. Selon leurs observations, c’est un système unique d’articulations de l'exosquelette, une véritable merveille de l'évolution, qui permet à la cuirasse de cet insecte d’être aussi efficace.

 

Le camouflage improvisé du crabe décorateur

Les crabes décorateurs, répandus au sein de plusieurs sous-espèces de crabes, s’adaptent à leur environnement et échappent aux prédateurs grâce à un comportement tout à fait unique. Contrairement au sort de bien des animaux des fonds marins, l’évolution ne leur a pas fait grâce d’un camouflage naturel sophistiqué, mais ils n’hésitent pas à improviser.

Les crabes décorateurs récupèrent des choses dans leur environnement immédiat pour les coller sur leur carapace et se faire un camouflage maison. Que ce soit des algues, des coquillages ou même d’autres espèces comme les éponges de mer, tout est utilisé pour se fondre dans le décor.

Lorsqu’ils se retrouvent dans un nouvel environnement, ils vont même délaisser leur camouflage pour adopter un nouveau costume plus approprié pour disparaître dans le paysage immédiat.

 


Voici d’autres contenus qui pourraient vous intéresser : 


 

Un crapaud qui garde sa progéniture de très près

Le crapaud pipa pipa peut sembler bien banal en apparence sur la photo utilisée pour accompagner ce billet, mais attention, ne cherchez pas son nom sur Internet si vous souffrez un tant soit peu de trypophobie (la peur des trous groupés). 

La raison est bien simple : le pipa pipa porte ses œufs dans les pores de sa peau, sur son dos. Lorsque les petits sortent de leurs enveloppes, le résultat est assez effroyable. Si votre curiosité n’est pas satisfaite avec cette simple description, National Geographic montre le tout de très (trop) près dans cette vidéo. Âmes sensibles s’abstenir.

D’un point de vue purement évolutif, c’est certainement une bonne manière de protéger sa progéniture, mais disons-le franchement : les images sont plutôt ignobles.

 

Le parfum putréfié de la fleur cadavre

Certaines plantes portent le nom de fleurs cadavres en raison des odeurs de chair putréfiée qu’elles émettent. Ce parfum, qui peut sembler étrange à première vue, est tout à fait logique du point de vue de l’évolution. 

Les fleurs cadavres utilisent cette odeur pour attirer leurs pollinisateurs : les mouches et les insectes nécrophages, ceux qui se nourrissent généralement de charognes ou qui y pondent leurs œufs. 

Parfois, ces espèces végétales vont aussi émettre des odeurs de matières fécales, de moisissure ou d’urine pour en arriver aux mêmes résultats. La plus grande fleur au monde, celle de la plante Rafflesia arnoldii, fait partie de cette famille bien spéciale.

 

L’organisme qui résiste à tout

Les tardigrades sont des organismes microscopiques devenus célèbres en raison de leur capacité à s’adapter aux environnements les plus hostiles à la vie. Tout semble indiquer qu’il s’agit de la forme de vie la plus résiliente sur notre planète, et peut-être même en dehors de celle-ci.

Il faut mentionner que les tardigrades peuvent survivre dans l’espace de longues périodes. Ils résistent aux températures extrêmes, aux rayons ultraviolets, à la pression et à la radioactivité, et ils peuvent même vivre près de 30 ans sans eau ni nourriture grâce à un processus d’hibernation métabolique. 

Des scientifiques ont même testé l’effet des impacts de balles de fusil sur les tardigrades : selon la vélocité utilisée, les organismes s’en sortaient parfois indemnes. Est-ce un résultat parfait de l’évolution? Difficile de trouver une créature plus coriace!