Philippines : après le béton, l'expérience du riz

Philippines : après le béton, l'expérience du riz

Judith Jacques , ICI EXPLORA

1 février 2013

(Photo prise par Michel Bernèche)

Je vous entraîne une fois de plus dans mon périple d’un mois aux Philippines où je suis partie faire un webdocumentaire avec mon copain sur les différentes initiatives visant à permettre aux plus pauvres de se nourrir convenablement.

Comme première escapade hors Manille, ce sont les rizières sur le bord de l’autoroute qui m’ont impressionnée et dépaysée. Et en arrivant à la ferme Cabiokid dans la province de Nueva Ecija, je me suis retrouvée comme au beau milieu d’une oasis parmi ces rizières.

Les rizières sont des étendues vertes à perte de vue, tandis qu’à la ferme de permaculture où nous étions arrivés, le paysage était tout à fait différent. La permaculture est une façon de cultiver en imitant la nature. Elle utilise des techniques comme la culture biologique, mais elle est davantage une idéologie qui s’inspire de la nature sur toute la ligne.

Cette ferme avait des rizières, mais aussi une forêt et des milieux humides pour enrichir le sol, une petite porcherie, un poulailler, un jardin, des chevreuils, des singes, une éolienne, des bâtiments en bambou et un radeau sur un étang pour amuser les enfants.

Les responsables de la ferme ont l’intention de la rendre autosuffisante avec les différents fruits et légumes, la viande et le riz qui nourrissent ses occupants et peuvent aussi leur servir d’autres façons. Des arbres servent de chasse-moustique ou encore, de matériaux pour la construction comme le bambou. Cet arbre a même servi à la confection de vélos!

Et en même temps, la ferme se veut un terrain de jeu pour les jeunes et un lieu plaisant où se reposer. C’était tout un changement du béton de la ville!

LE RIZ

Le riz accompagne les trois repas de la journée pour plusieurs Philippins. Et il n’est pas rare de manger du poisson au déjeuner. Un vrai souper québécois le matin!

Le riz est l’aliment de base des Philippins. Il n’est pourtant pas facile à cultiver. C’est une culture répandue dans certaines régions entre autres parce que les champs sont constamment irrigués, ce qui fait qu'aucun légume ne pourrait survivre à autant d’eau, surtout à la saison des pluies.

Nous avons vu les pouponnières de riz où les grains deviennent de jeunes pousses. Des fermiers les récoltent, puis doivent préparer les champs avec une machine qui égalise la terre sous l’eau pour ensuite transplanter les pousses, plant par plant, le dos courbé.

C’était toute une sensation pour nous d’avoir les deux pieds dans la boue des rizières pour aller filmer les fermiers. L’enjeu était de garder notre équilibre pour ne pas tomber dans l’eau avec notre équipement! Les petits monticules de terre entre les rizières n’offraient pas beaucoup d’espace pour circuler.