No Man's Sky
No Man's Sky

No Man’s Sky : rédemption pour le studio Hello Games après 5 ans d’efforts

ICI EXPLORA

10 septembre 2021

Les débuts de No Man’s Sky ont été houleux : entre les promesses brisées et un contenu décevant pour beaucoup de joueurs et de joueuses, le jeu n’a pas été le succès immédiat qui était attendu en 2016. Face à une réputation entachée, une campagne de remboursement et des menaces de mort, le studio Hello Games n’a pas baissé les bras, et cette résilience a été récompensée. Grâce à une nouvelle mise à jour, les évaluations globales du jeu sur la plateforme Steam sont enfin passées à « plutôt positives ».


Chaque semaine, découvrez un nouveau sujet technologique sur le blogue d'ICI Explora! Une rubrique à parcourir juste avant la diffusion de Planète techno, tous les vendredis à 19 h.


No Man’s Sky était l’un des jeux indépendants les plus attendus de l’histoire. Les promesses étaient nombreuses : un univers généré de manière infinie pour les joueurs et les joueuses, des batailles massives contre des flottes de vaisseaux spatiaux, des planètes aux environnements variés et uniques, des interactions multijoueurs et bien plus.

À la sortie du jeu, le 9 août 2016, la réception a toutefois été un coup de massue pour le studio Hello Games : bien que les critiques des grandes publications aient été plutôt positives, le jeu était en deçà des attentes des joueurs et des joueuses.

Hello Games s’est rapidement fait accuser d’avoir mal représenté son jeu dans les bandes-annonces et dans les entrevues données avec enthousiasme par Sean Murray, cofondateur du studio. Plusieurs mécaniques promises, comme les batailles contre des flottes de vaisseaux ou des interactions multijoueurs, n’existaient tout simplement pas dans le jeu à sa sortie.

Seam Murray et son équipe, un mois avant la sortie du jeu.

No Man’s Sky était certes vaste, avec une infinité de galaxies à visiter, mais les planètes étaient plutôt vides, et l’exploration spatiale était donc décrite par beaucoup comme ennuyeuse et répétitive.

Malgré l’originalité du jeu, il a rapidement été délaissé par la communauté. Son nombre de joueurs et de joueuses a diminué radicalement après le lancement, et de nombreuses personnes se sont même dirigées vers les plateformes de Steam, de Sony et de Microsoft pour obtenir un remboursement. Le jeune studio a ainsi vu sa réputation entachée dès ses débuts.

Dans une entrevue accordée au journal britannique The Guardian, Sean Murray affirme même avoir reçu des menaces de mort au plus fort de la tourmente. L’une d’entre elles provenait d’une personne qui dénonçait l’absence de papillons dans le jeu alors qu’elle en avait vu dans la bande-annonce.

À partir de ce moment, le silence radio s’est installé à Hello Games : le studio a décidé de se préparer pour la suite et de réfléchir à la meilleure manière de rétablir sa réputation. 

 

Un échec transformé en jeu culte

Contrairement au cinéma ou à la musique, l’avantage des jeux vidéo est que l'œuvre finale peut-être sans cesse améliorée par des mises à jour après sa sortie. Les studios de jeux vidéo en abusent parfois, en sortant des titres incomplets pour les travailler ensuite, mais cela a été un atout indéniable pour la rédemption de No Man’s Sky

Après la sortie tumultueuse du jeu, la petite équipe d’Hello Games s’est donc rapidement mise à l’ouvrage pour l’améliorer progressivement à l’aide de nouveaux contenus gratuits au fil des mois et des années qui ont suivi.

Contrairement aux studios AAA qui peuvent parfois utiliser les talents de plusieurs milliers de personnes, il n’y avait que 15 personnes travaillant pour Hello Games à la sortie de No Man’s Sky, et c’est seulement 6 d’entre elles qui ont initialement réalisé la majorité du travail.

Pour mener à bien son plan de sauvetage, le studio a rapidement doublé la taille de son équipe et établi les priorités des contenus à ajouter. Les promesses initiales ont d’abord été réalisées, mais les ajouts de contenus ne se sont pas arrêtés là.

Depuis cinq ans, des mises à jour constantes ont insufflé une nouvelle vie au jeu, pour le transformer du tout au tout. Les planètes de No Man’s Sky sont ainsi devenues beaucoup plus vivantes et diversifiées qu’elles ne l’étaient à l'origine.

Frontiers, une grande mise à jour sortie au début du mois, ajoute par exemple tout un système de colonisation des planètes, en plus de renforcer le système de construction de bases d’exploration déjà établi dans le jeu. Comme ajout plus mineur, Hello Games a également ajouté la possibilité d’utiliser des créatures extraterrestres comme mode de transport.

La bande-annonce de Frontiers, la plus récente mise à jour de No Man's Sky.

Sous les bandes-annonces du jeu, le discours a complètement changé en quelques années : les commentaires déçus ou railleurs d’autrefois ont laissé place à ceux d’internautes enthousiastes qui n’hésitent pas à parler de rédemption et à féliciter Hello Games pour le nouveau contenu. 

C’est aussi un constat similaire qui peut se faire en observant la page Steam de No Man’s Sky : les dernières évaluations sont très positives, et la cote globale des évaluations est passée de « très négative » à « plutôt positive » avec plus de 163 000 avis laissés sur la plateforme.

Aujourd’hui, No Man’s Sky commence à être reconnu pour ce qu’il devait être au départ : un jeu d’exploration spatiale unique en son genre, réalisé avec une passion palpable par une petite équipe indépendante. Son système de génération procédurale des planètes a déjà inspiré d’autres studios, et le titre restera sans doute une référence pour des années à venir.