Redémarrage, puis collisions, puis — selon les plus optimistes — une nouvelle vision du cosmos. Le Large Hadron Collider (LHC), revu et amélioré, va faire beaucoup parler de lui cette année.

Si le grand moment — les premières collisions entre des protons — n’est prévu qu’en mai, c’est dès la fin mars que le LHC, le plus puissant accélérateur de particules du monde, redémarre, après une pause de plus de deux ans.

Sa « mise à jour » aura coûté 163 millions, lui permettant d’atteindre des énergies presque deux fois plus élevées que celles qui ont permis de découvrir le boson de Higgs. C’est pourquoi les physiciens n’attendent rien de moins que la levée du voile sur de nouveaux secrets du cosmos.

Jargon à surveiller dans les prochaines semaines :

- À ces niveaux d’énergie jamais atteints, le LHC pourrait-il révéler l’existence de particules encore inconnues, versions plus lourdes du boson de Higgs?

- Ces particules pourraient-elles être les premières manifestations de la mystérieuse matière noire, censée composer 85 % de la masse de l’univers?

- Ces nouvelles particules pourraient-elles faire renaître la théorie dite de la supersymétrie?

EN COMPLÉMENT

Voyez La fièvre des particules le 30 mai à 20h
Entrevue d'ICI EXPLORA avec le chercheur québécois Yves Sirois