Des fossiles à l’origine de légendes antiques?

Des fossiles à l’origine de légendes antiques?

ICI EXPLORA

25 octobre 2019

Une météorite géante a-t-elle mis fin au règne des dinosaures? C’est la question à laquelle les scientifiques du documentaire Le jour où les dinosaures ont disparu tentent de répondre. À travers l’histoire, de nombreuses rencontres entre les humains et les fossiles de ces créatures ont eu lieu. Sans nos connaissances scientifiques modernes, quelles idées ont été mises de l’avant pour expliquer l’existence de ces étranges squelettes de mastodontes?

La première identification scientifique des fossiles n’a eu lieu qu’en 1824, lorsque le paléontologue William Buckland a identifié les ossements d’un dinosaure comme étant ceux d’un « grand lézard » qu’il baptisa Megalausorus.

Le terme « dinosaure » pour décrire ces créatures aura pourtant mis encore quelques années avant d'apparaitre. C’est en 1842 que ce nom leur a été attribué par le paléontologue britannique Richard Owen, à la suite de l’exhumation de plusieurs fossiles au sud de l’Angleterre. Tiré du grec ancien, ce mot signifie « terrible reptile », sans doute en raison du sentiment évoqué par ces grands ossements.  

Pourtant, depuis des siècles déjà, les humains trouvaient de temps à autre des fossiles de dinosaures. Que pensaient-ils à l’époque? Difficile de le savoir dans bien des cas, mais de nombreuses théories existent.

Hic sunt Leones – ici sont les dragons

Selon le magazine Smithsonian, une des premières découvertes connues d’un fossile de dinosaure pourrait remonter au quatrième siècle avant Jésus-Christ. Un historien chinois du nom de Chang Qu, perplexe devant sa découverte d’un gigantesque fossile, l’aurait attribué à la carcasse d’une créature fantastique : le dragon.


Drapeau de la dynastie Qing, de 1889 à 1912.

Il s’agit d’ailleurs de l’une des théories sur l’origine des dragons dans la culture chinoise, bien qu’il soit difficile de faire plus que spéculer sur cette question. Il faut garder en tête que la plupart des fossiles retrouvés proviennent de petits organismes reconnaissables comme des poissons ou des coquillages, alors que les os des organismes plus grands sont souvent désarticulés. Il est très rare de trouver des squelettes entiers qui illustrent la silhouette fossilisée d’un dinosaure.  

Le monstre des mers de Troie

Des fresques grecques qui représentent une lutte entre Héraclès et un gigantesque serpent ont aussi été interprétées par certains auteurs comme une légende hellénique ayant la découverte d’un fossile pour origine.

Héraclès, en duel avec le monstre des mers de Troie, représenté sur une poterie. / Musée des beaux arts de Boston.

Cependant, le seul indice concret en accord avec cette explication est un vase antique, sur lequel on aperçoit le crâne de ce fameux serpent coincé dans la roche d’une falaise. Un fossile de dinosaure dans une telle paroi a-t-il inspiré les habitants de la Grèce antique?

Les géants de Robert Plot

En 1676, le naturaliste britannique Robert Plot a réalisé la première illustration connue d’un os de dinosaure. Perplexe devant la découverte d’un énorme fémur de Megalausorus, il identifia initialement cette trouvaille comme étant sans doute l’os d’un géant.

Pionnier dans son secteur de recherche, il considérait généralement que la plupart des fossiles ne provenaient pas d’organismes vivants, mais plutôt d’une cristallisation de sels minéraux qui prenaient par hasard des formes évoquant la biologie. En étudiant plus tard les dessins de Robert Plot, le physicien Richard Brookes demeura perplexe devant la représentation de l'os de Megalausaurus du naturaliste. Il décida donc de nommer l'illustration scrotum humanum  en raison de la forme de l'os qui lui rappelait l'anatomie masculine.

Scrotum humanum, illustration de Robert Plot.

Aujourd’hui, nos connaissances sur les fossiles, et du même coup sur les dinosaures, sont plus étoffées. Ces créatures qui foulaient le sol il y a 65 millions d’années demeurent pourtant entourées de mystères, et des choses que l’on prenait pour acquis sont sans cesse remises en question par les nouvelles théories des paléontologues. Après tout, il y a quelques années, peu de gens soupçonnaient que les plumages étaient une caractéristique commune de ces créatures!