Le travail des vétérinaires n’est pas toujours facile! Il suffit de regarder la série Dr Sébastien, vétérinaire pour le constater : c’est une vocation aussi exigeante que passionnante. Les vétérinaires doivent faire preuve de débrouillardise pour comprendre ou traiter les problèmes les plus uniques des animaux. C’est donc dans cette optique que nous vous invitons à découvrir cinq animaux qui se sont retrouvés à la clinique pour des raisons bien étonnantes!

 

Un chien solidaire

Les chiens pourraient éprouver une certaine sympathie pour leur maître ou leur maîtresse, et Billy, le compagnon poilu d’un Britannique du nom de Russell Jones, est un exemple qui vient renforcer cette théorie. Inquiet de voir son chien boiter, Russell Jones est allé consulter un vétérinaire pour comprendre la cause du problème.

Russell Jones et son chien Billy.


Après avoir effectué des radiographies et d'autres tests médicaux, le médecin a été forcé de constater que Billy était en bonne santé. Le chien ne boitait qu’en présence de Russell Jones, qui portait alors un plâtre et des béquilles à la suite d'un accident.

Le vétérinaire a donc conclu que c’était pour imiter son maître que Billy se forçait à boiter, un comportement qui s'apparenterait à une forme de solidarité canine. Le séjour chez le vétérinaire aura coûté plusieurs centaines de dollars à Russell Jones, mais il a maintenant une histoire assez cocasse à raconter!
 

Le grand dévoreur de chaussettes

Chien

Le mystère des chaussettes qui disparaissent continue encore et toujours d’intriguer l’être humain, mais un chien de l’Oregon apporte enfin un indice sur le sort réservé à ces vêtements.

En 2014, ce chien a fait les manchettes pour avoir mangé 43 chaussettes, un impressionnant record qui lui a valu un séjour à la clinique vétérinaire. Selon les informations recueillies par la chaîne américaine NBC News, le grand danois s’est remis rapidement de sa mésaventure après deux heures de chirurgie pour retirer les vêtements de son estomac.

Si vous cherchez des chaussettes disparues, il est donc bien possible qu’elles soient dans l’estomac d’un chien à l’appétit vorace.
 


Voici d’autres contenus qui pourraient vous intéresser : 


 

Zeppelin, le petit hérisson

Hérisson

En 2017, une clinique de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) en Écosse a traité un pauvre hérisson si gonflé qu’il a été surnommé Zeppelin par les vétérinaires. En raison d'une blessure aux poumons, l’air aspiré par la pauvre bête se retrouvait enfermé sous sa peau et cela la faisait gonfler comme un ballon.

Trouvé sur le bord d’une route, le petit hérisson ne pouvait plus bouger quand la SPCA est venue à sa rescousse. Les vétérinaires ont réussi à le traiter en perçant sa peau à quelques endroits pour en laisser sortir l’air en attendant la guérison complète de la blessure aux poumons.

Aux dernières nouvelles, Zeppelin serait sorti tout à fait indemne de sa mésaventure!

 

Un « chien » légèrement différent

Un chien légèrement différent

Photo : Terveks Loomakliinik / Facebook

En février 2019, de bons samaritains ont décidé de secourir un canidé prisonnier d’une rivière glacée de l’Estonie. Après être parvenus à hisser l’animal sur la berge, ils ont décidé de l’emmener en voiture vers une clinique vétérinaire en raison de son piteux état.

Identifié comme un chien par les hommes, le canidé s’est patiemment laissé transporter durant tout le trajet. Ce n’est qu’une fois arrivés sur place que les bons samaritains ont découvert à leur grand étonnement qu’il s’agissait en fait d’un jeune loup et que le calme exemplaire de l’animal s’expliquait certainement par son état d’épuisement.

Le loup a été traité avec soin par la clinique pour qu’il puisse retrouver sa chaleur, puis il a été relâché dans son milieu naturel.
 

Un chat qui sait utiliser ses ressources

Les animaux doivent généralement compter sur leurs maîtres et maîtresses ou sur des personnes bien intentionnées pour accéder à une clinique vétérinaire en cas de problème de santé, comme on peut le constater avec les cas précédents. Toutefois, en Turquie, cela semble parfois se passer différemment.

Il y a environ deux semaines, une chatte errante a décidé de prendre les choses en main en emmenant instinctivement d'elle-même ses chatons malades dans une clinique vétérinaire d’Istanbul. La jeune mère a poliment déposé un premier chaton devant les vétérinaires étonnés, avant de revenir le lendemain et de faire la même chose avec un autre de ses petits.

La clinique a rapidement constaté que les chatons souffraient d’une infection aux yeux. Ils ont été traités, puis la petite famille a été mise en adoption. On peut certainement douter de la capacité des chats à reconnaître une clinique vétérinaire, mais il semblerait que ceux-ci savent à tout le moins que les êtres humains peuvent les aider dans certaines situations!