La sécheresse catastrophique qui a frappé les fermiers des États-Unis a été bonne... pour la vie dans le golfe du Mexique.

C’est que les engrais agricoles sont parmi les premières causes des explosions d’algues qui, en dévorant l’oxygène dans une région marine, créent des « zones mortes ».

Le golfe du Mexique est un des lieux qui suscitent le plus d’inquiétudes à ce sujet. Or, des chercheurs de Louisiane ont constaté que cet été, les zones mortes couvraient la plus petite surface (moins de 1800 kilomètres carrés) depuis qu’ils ont commencé leurs mesures, en 1985.

Les fermiers, beaucoup plus au nord, ont perdu beaucoup de récoltes, ce qui veut dire que moins d’engrais s’est retrouvé dans les rivières qui, à leur tour, se jettent dans le Golfe.