Un autre effet de l’apesanteur que personne n’avait vu venir: près de 200 gènes liés au système immunitaire seraient affectés par de longs séjours dans l’Espace.

L’effet est soupçonné depuis plusieurs années: les statistiques démontrent que les astronautes sont plus susceptibles d’être victimes d’un virus après —ou pendant— une mission.

Des généticiens ont récemment identifié les gènes en question chez des mouches à fruits maintenues dans un état d’apesanteur simulé.