C’est peut-être de l’eau bénite, mais ça n’empêche pas les bactéries d’y proliférer. On appelle ainsi, dans la plupart des confessions chrétiennes, l’eau qui a été « bénie » par un prêtre, et qui est dès lors utilisée pour des cérémonies comme les baptêmes.

Or, des chercheurs autrichiens ont eu l’idée d’en prélever des échantillons dans 21 lieux différents, et y ont trouvé, dans 86 % des cas, la bactérie E.coli et autres compagnons peu recommandables. Dans leur étude, publiée le 10 septembre par le Journal of Health and Water, ils recommandent aux églises de placer près des bassins un mot avisant le public de ne pas boire l’eau.

Et ce n’est pas une première : des études antérieures, en Europe et aux États-Unis, ont aussi pointé certaines réserves d’eau bénite comme des sources potentielles d’infections.