Twitter ouvre la totalité de ses archives aux chercheurs, mais en a-t-il le droit? À qui appartiennent ces messages?

Cinq cents millions de messages sont diffusés chaque jour sur ce réseau. Déjà, des chercheurs y ont plongé, en quête de tendances en santé, psychologie ou politique. Mais jusqu’à maintenant, l’application qui permettait de fouiller ne donnait accès qu’à 1 % des archives.

En février, la compagnie a annoncé que la totalité des gazouillis, remontant à 2006, serait bientôt accessible gratuitement aux chercheurs. Un trésor pour ceux-ci... mais qui laisse deux questions non résolues : Twitter sera-t-il « propriétaire » des éventuelles découvertes? Et peut-on utiliser des messages si leur auteur n’a pas donné son accord?

Les lignes directrices de l’annonce de février prévoient pour l’instant qu’aucun message cité dans une recherche ne pourra être accompagné du nom de son auteur, à moins que celui-ci n’ait été personnellement contacté.