Dans cet épisode de Vies de chiens, l’entraineur canin Mathieu Lavallée se questionne sur la médication que l’on prescrit aux chiens ayant des troubles du comportement. Et si on leur en donnait trop? Si c’était nos connaissances à ce sujet qui étaient limitées? Si la véritable solution se trouvait dans la compréhension de leurs particularités comportementales? Peut-on comparer ces prescriptions avec celles que l’on donne aux enfants? Pour répondre à ces questions, Mathieu fait une expérimentation avec Nancy, propriétaire d’un berger australien qui semble avoir des troubles anxieux. Il discute aussi avec la psychologue Ariane Hébert qui établit le lien entre la situation des chiens et celle des enfants.


Les vendredis à 19 h 30 sur ICI Explora, retrouvez Mathieu Lavallée et les charmantes bêtes qui viennent visiter son centre canin! Vous avez manqué l’émission de la semaine dernière ou sa rediffusion du jeudi à 21 h? Une rubrique spéciale retrace les faits saillants pour vous dans la section blogue d’ICI Explora!


Après huit ans avec des chevaux au sein de son domaine canin, Mathieu Lavallée a pris la décision de les donner, puisqu’il ne les sortait qu’une dizaine de fois par année. Il s’est alors retrouvé avec des champs de pacage vides et inutilisés! Afin d’éviter que les mauvaises herbes ne s’emparent de ceux-ci, il a décidé de planter entre 2000 et 3000 érables : un arbre qui offre un bois d’oeuvre incroyable en plus de nous donner de l’eau d’érable de son vivant. Un nouveau projet ambitieux!
 

Plantation des érables sur les champs du centre canin. 
 

Mission : prescription!
 

Au fil des ans, Mathieu Lavallée a remarqué ce qu’il considère aujourd’hui comme un fléau :  les chiens sont beaucoup trop médicamentés pour des troubles du comportement. Pourquoi? Selon lui, la principale raison est la méconnaissance du comportement canin et l’absence de volonté  de certains propriétaires de chiens d’accepter leurs animaux tels qu’ils sont. Généralement, ces chiens sont médicamentés pour des troubles d’anxiété.
 

Nancy, propriétaire d’Enzo, consulte l’entraineur canin afin d’avoir des conseils concernant l’anxiété de l’animal. Le berger australien est très attaché à sa maitresse et la suit partout. Il l’attend impatiemment lorsqu’elle quitte et selon sa fille, il fait un peu « pitié ». Il semble définitivement avoir un trouble de l'attachement.

 

Mathieu, Nancy et Enzo, le berger australien. 
 

Afin de vérifier la facilité avec laquelle la propriétaire va ressortir d’une consultation vétérinaire avec une prescription, Mathieu incite la propriétaire à consulter un vétérinaire sans mentionner trop rapidement les troubles d’anxiété et de plutôt parler de la personnalité de l’animal. Selon lui, ce comportement est typique chez les bergers australiens.
 

Médication pour le comportement : chiens versus enfants
 

Mathieu Lavallée rencontre Ariane Hébert, psychologue. Peut-on faire un lien entre l’usage de médication chez les chiens et chez les enfants? L’obtention du diagnostic est-elle aussi facile et rapide dans les deux cas? Selon elle, c’est la croyance populaire que les enfants sont trop médicamentés : « Oui, on en donne beaucoup, mais jamais pour rien », explique-t-elle. La  médication est souvent l’option retenue en dépit d’une autre possibilité :

 

« Tout ce qui est comportemental, interventions de différents types et sortes, avec beaucoup d’énergie de temps et de connaissances. Ça, les gens ne les ont pas nécessairement. Par exemple, les enseignants ont peu de formations pour adresser ce genre de problématique. La médication devient alors un choix par dépit. On sait qu’avec elle, on va obtenir des résultats. » 
- Ariane Hébert, psychologue

 

 

Mathieu Lavallée et Ariane Hébert, psychologue. 


Y aurait-il d’autres moyens d’adresser ces problématiques autrement que par la médication? Oui, assure-t-elle, bien que la médication est parfois tout de même nécessaire. Mathieu Lavallée partage exactement son point de vue en ce qui a trait aux chiens dont les comportements sont souvent mal saisis : « À la base, même si ce sont des vétérinaires, ils restent quand même des humains. Ils veulent apaiser et rassurer leurs clients en leur proposant (la médication). »

 

Le résultat de la prescription du chien de Nancy
 

Nancy, la propriétaire d’Enzo, un berger australien qui semble souffrir d’anxiété liée à un trouble d’attachement, est allée consulter un vétérinaire pour obtenir des conseils. Après une consultation de 21 minutes, elle a obtenu un diagnostic et une prescription de trois médicaments : le premier est un antidépresseur, le même type qui est donné aux humains. Un autre médicament qui aide à « prévoir la météo », un anxiolytique. Par exemple, deux heures avant un orage, il faut lui donner ce médicament qui le calmera. Finalement, un dernier médicament pour le stabiliser. Mathieu Lavallée est surpris : « C’est tellement facile comme béquille et ça l’est de plus en plus. Je tombe sur le c** à chaque fois que j’entends cela. »