Bonne nouvelle pour la sauvegarde de la tortue à épines : cette espèce menacée qui, au Québec, ne vit plus que dans la région du lac Champlain, en Montérégie, voit de nouvelles portions de son habitat protégées.

Conservation de la nature Canada (CNC), organisme de protection de milieux naturels en terres privées, a en effet acquis deux terrains dans une zone agricole le long de la rivière aux Brochets, à Pike River, et ce, grâce au soutien de partenaires comme le Zoo de Granby.

Ces terrains, certes, sont petits (moins de 2 hectares), mais ô combien précieux pour ce reptile aux airs de crêpe, avec sa carapace assez aplatie et dénuée d’écailles. « La modification rapide des rivages est un des facteurs qui menacent sa survie, et les bandes riveraines de ces deux propriétés comptent parmi les rares berges encore naturelles de la rivière aux Brochets », explique la biologiste Valérie René, de CNC.

De plus, l’un des rares sites de ponte connus de l’espèce se trouve tout près. À ce sujet, notons que c’est ce mois-ci, en juin, que les femelles se déplaceront davantage, en quête d’un lieu où pondre leurs œufs… tel que l’accotement sablonneux ou graveleux des routes. Donc gare aux collisions!

Le biologiste du Zoo de Granby Patrick Paré rappelle en outre l’importance de conserver cet habitat, aussi petit soit-il, pour préserver la biodiversité à grande échelle. « En protégeant la tortue molle à épines et son habitat, on encourage la préservation de dizaines d’autres espèces fauniques ou floristiques partageant les mêmes milieux naturels, souligne-t-il. C’est de cette façon que nous favorisons la préservation de la biodiversité dans le sud du Québec. »

 

Mission de sauvegarde d’envergure

La tortue molle à épines est au cœur d’une initiative majeure du Zoo de Granby, à laquelle collabore entre autres CNC, visant à étudier et à rétablir l’espèce. Grâce à leur suivi écologique depuis 2009, les biologistes ont trouvé plus d’une centaine de nids et placé les œufs en incubateur artificiel au zoo, à l’abri de leurs prédateurs (comme le raton laveur ou la moufette rayée) et des inondations. Les quelque 1700 spécimens y ayant vu le jour depuis ont ensuite été relâchés dans leur milieu naturel de la région du lac Champlain.

 

Regardez les biologistes du Zoo de Granby à l’œuvre

 

  • Apprenez-en sur l’action de Conservation de la nature Canada pour protéger la tortue-molle à épines et son habitat.
  • Signalez une tortue sur le site Carapace.ca afin d’aider les biologistes à recenser les diverses espèces et à les protéger.