L’aphasie est ce trouble neurologique par lequel, dans les cas extrêmes, les mots prononcés par une personne n’ont aucun sens, sans qu’elle-même n’en soit consciente. On a diagnostiqué pour la première fois un cas où ce trouble se manifeste... par les textos.

Baptisée « dystextie » (dystextia) par les trois médecins de l’Université Harvard à Boston qui ont signé en décembre un article dans Archives of Neurology, l’histoire avait commencé lorsqu’une femme enceinte, en correspondant par SMS avec son compagnon, avait rédigé une suite de phrases incohérentes. Elle avait été conduite à l’urgence, où on avait diagnostiqué un accident vasculaire cérébral — lorsque le sang n’alimente plus correctement le cerveau.

Son état s’était rapidement amélioré et le bébé est né sans problèmes, mais l’épisode des textos a intrigué les neurologues : de même que des troubles subits du langage (aphasie ou dysphasie) sont souvent le signal d’alarme d’un accident cérébral, il semblerait que notre société moderne offre désormais des « troubles subits du SMS ».

Avantage : au contraire des paroles qui s’envolent, les écrits permettront de retracer le moment où le problème est apparu pour la première fois.