Le seuil à ne pas dépasser: deux degrés, ou un et demi?

Le seuil à ne pas dépasser: deux degrés, ou un et demi?

Agence Science-Presse

21 avril 2015

Depuis l’époque pré-industrielle, la Terre s’est réchauffée de 0,85 degré Celcius. Est-il réaliste d’espérer qu’on ne dépasse pas les 2 degrés, l’objectif couramment admis? C’est ce que croient ceux qui voudraient qu’on évite de dépasser... un degré et demi.

Le seuil des deux degrés est en fait un objectif arbitraire, résultat de compromis obtenus à la Conférence sur le climat de 2009, à Copenhague.

En réalité, on trouve de nombreuses recherches qui concluent que la Terre pourrait bien commencer à sentir des effets délétères à partir de seulement un degré et demi: la dernière en lice de ces recherches, parue en octobre sous la direction de la géographe américaine Petra Tschakert, associe le seuil du degré et demi à une hausse du niveau des mers limitée à un mètre —pour protéger la moitié des coraux et préserver un peu de la glace de l’Arctique.

Un comité d’experts réuni à la dernière conférence sur le climat, au Pérou, doit déposer un rapport à ce sujet en juin, en prévision de la conférence de Paris, en novembre.

Reste que quiconque propose une cible d’un degré et demi n’aura pas la tâche facile, considérant combien même une hausse maximale de 2 degrés est jugée irréaliste par plusieurs.