La semaine passée, nous avons recensé des animaux ayant des mécanismes de défense hors de l’ordinaire, du concombre de mer propulsant ses intestins toxiques en guise de contre-attaque au crabe boxeur utilisant des anémones remplies de toxines comme gants. Aujourd’hui, nous nous attardons à ceux qui ont trouvé une autre façon de berner leurs prédateurs grâce à leur capacité à changer leur apparence pour se fondre dans le décor. 

Évidemment, le fameux caméléon est l’une des espèces les plus connues à disposer de cette capacité à se camoufler, mais il est loin d’être le plus habile de ce groupe. Nous vous avons donc préparé un palmarès de quelques animaux plutôt méconnus qui sont passés maîtres dans l’art de la cachette.

Ça vous intrigue? Allons-y!

La seiche

La seiche est très efficace pour se dissimuler dans les fonds marins.
Crédits photo : iStock/Placebo365


Un animal marin qui ressemble à un croisement entre une pieuvre, une raie et un poisson, capable de changer de couleurs et de forme en un temps record, ça existe? Oui, et ça s’appelle une seiche.

Ce céphalopode, qui est dans la famille de la pieuvre et du calmar, a une apparence assez particulière, notamment en raison de ses huit tentacules situés à proximité de sa bouche et de ses deux longs, mais fins ailerons lui permettant de se mouvoir avec aise. Son habileté à se camoufler est expliquée par la présence de réflecteurs et de cellules de couleur dans sa peau. Et la seiche est en mesure d’imiter non seulement les couleurs de son environnement, mais sa texture aussi grâce à des nodules contractés ou relâchés par ses muscles.

C’est pas mêlant, elle est presque capable de se cacher dans un salon!

À noter que la vidéo est en anglais.

Du camouflage, niveau expert.

Le grand-duc d’Amérique

Le Grand-duc d'Amérique est un redoutable prédateur nocturne.
Crédits photo : iStock/Devonyu


Plusieurs espèces de hiboux ont élu domicile au Canada, mais peu d’entre elles sont aussi imposantes que l’emblématique grand-duc d’Amérique. 

Cet oiseau de proie nocturne se retrouve à peu près partout en Amérique du Nord, dont au Québec, sauf dans le Grand Nord. Cette espèce de hiboux est tellement grande qu’elle peut parfois même s’attaquer à des mouffettes et à des oies, quoique cela soit plutôt inhabituel. « Le tigre des bois », comme il a été surnommé, n’a peut-être pas des ressources aussi impressionnantes que celles de la seiche pour se camoufler, mais son plumage lui permet de s’en sortir très bien dans son environnement. Sa vision et son ouïe spécialement conçues pour la chasse nocturne ainsi que ses battements d’ailes très silencieux font de lui un redoutable prédateur.

Souris, mulots et autres rongeurs, vous voilà avertis!

La chenille de l’Euthalia aconthea

La chenille de l'Euthalia aconthea est à peine visible sur une feuille tellement son camouflage est efficace.
Crédits photo : Domaine public/Vinayaraj


Un petit insecte se trouvant en Inde, au Sri Lanka et en Asie du Sud-Est se dissimule si bien dans son environnement qu’il faut l’observer avec attention pour le déceler. Il s’agit de la chenille de l’Euthalia aconthea.

Lorsque la larve de la chenille évolue, elle développe plusieurs petites extensions ayant l’apparence de feuilles, ce qui l’aide énormément à se cacher des oiseaux. La ligne sur le dos de l’insecte est aussi très efficace pour l’aider à se camoufler et se déplacer sur les feuilles vertes sans se faire repérer. Toutes ces caractéristiques permettent à la chenille de prendre assez de maturité pour finalement se métamorphoser en papillon. Notons que l’apparence de ce dernier détonne passablement de celle de sa chenille.

Dommage qu’aucun Pokémon n’en soit inspiré.

L’araignée enroulante

L'araignée enroulante a la capacité d'aplatir son corps et de l'enrouler autour de branches ou de troncs d'arbre.
Crédits photo : Domaine public/Bernard DUPONT


Si vous avez peur des araignées, nous vous conseillons de passer au prochain animal de ce palmarès tout de suite! Sinon, vous pouvez tout de même vous rassurer en vous disant que cette espèce ne vit qu’en Australie, alors il n’y a aucune chance que vous en voyiez un spécimen dans votre cour.

La Dolophones conifera est une espèce d’araignée de petite taille (le mâle mesure environ 6 mm et la femelle 9 mm) qui est connue principalement pour son étrange capacité à aplatir son corps et à l’enrouler autour de branches ou de petits troncs d’arbre, ce qui la rend quasi invisible à l’œil nu. C’est d’ailleurs ce talent particulier qui lui a valu le surnom de « wrap-around spider » ou « araignée enroulante » en français.

Impressionnant et terrifiant à la fois, n’est-ce pas?

La pieuvre géante du Pacifique

La pieuvre géante du Pacifique est la plus grande pieuvre au monde.
Crédits photo : iStock/Placebo365


La plus grande espèce de pieuvre au monde est aussi celle vivant le plus longtemps, et ça, c’est sans parler de ses nombreuses caractéristiques en faisant un prédateur des mers redoutable : la pieuvre géante du Pacifique.

L’animal marin, qui a une taille moyenne de 5 mètres et un poids entre 20 et 50 kg, possède une imposante tête et huit tentacules comportant chacun deux rangées de ventouses très puissantes, lui permettant de soulever 14 fois son poids. Comme chez sa cousine la seiche, la pieuvre géante du Pacifique possède des cellules de couleur ainsi que des petits nodules sur sa peau faisant d’elle une spécialiste du camouflage. Et ça, c’est sans parler de ses jets d’encre qui sont très utiles lors de confrontations qui virent mal.

À ne pas inviter à votre prochaine fête de piscine!

Voilà qui complète notre palmarès de quelques-uns des camouflages les plus saisissants du monde animal.

À la semaine prochaine pour un autre billet de la série Insolite!