Retour des Philippines et début d'une deuxième étape

Retour des Philippines et début d'une deuxième étape

Judith Jacques , ICI EXPLORA

15 février 2013

(Photo : les documentaristes Judith Jacques et Michel Bernèche)

Je suis de retour de mon voyage d’un mois aux Philippines! J’ai amassé beaucoup de contenu pour faire mon webdocumentaire sur les enjeux auxquels font face les fermiers philippins et sur les initiatives mises en place pour améliorer leur condition de vie.

UN APERÇU DES ENJEUX

J’ai remarqué que le climat joue plusieurs tours aux fermiers depuis quelque temps. Ils sont habitués à une saison complètement sèche, celle dans laquelle je suis arrivée, et une saison des pluies qui inonde le terrain, allant souvent jusqu’à emporter des ponts tellement les cours d’eau débordent.

Or, ces saisons n’arrivent plus exactement au même moment d’année en année, ce qui fait que les fermiers ne savent plus quand planter. Et les résultats peuvent s’avérer dévastateurs pour des plantations qui sont adaptées à un type de saison particulier. Par exemple, s’il pleut durant la saison sèche, les anacardiers ne produiront pas de noix de cajou, car leurs fleurs tomberont. Même son de cloche du côté des manguiers.

Donc oui, les changements climatiques affectent la routine des fermiers, mais j’ai remarqué que leur défi majeur est le manque d’argent. Les pesticides sont de plus en plus chers, il faut aussi payer pour les semences, et la valeur des aliments cultivés diminue constamment… Les fermiers doivent donc très souvent emprunter.

Le hic est que les prêts ne sont pas très faciles à obtenir. La banque exige entre autres des fermiers une preuve qu’ils sont propriétaires de leurs terres. Toutefois, la majorité ne détient aucun titre légal sur leurs champs.

Les fermiers se tournent alors vers les hommes d’affaire qui leur prêtent de l'argent en échange d’une garantie qu'ils leur vendront leur production. Les fermiers ont alors les mains liées...

SOLUTIONS EN PLACE

La situation des fermiers est complexe, ce qui fait que les solutions sont très diversifiées. Que ce soit la culture biologique ou la permaculture, les semences hybrides adaptées aux changements climatiques ou encore, le riz génétiquement modifié pouvant apporter des suppléments alimentaires aux plus pauvres, les organismes et les regroupements de fermiers travaillent fort pour améliorer la qualité de vie des fermiers philippins. C’est ce que je vous présenterai dans mon futur webdocumentaire.

EXPÉRIENCE ENRICHISSANTE

J'ai bien aimé rencontrer ces différents acteurs qui m'ont bien accueillie et aidée dans mon projet. Juste le fait de traduire des entrevues du tagalog à l'anglais ou encore, de partager leur réseau avec moi pour que je puisse parler à des fermiers m'a donné un bon coup de main! Je garde un très bon souvenir de mon séjour aux Philippines. Il a été riche en découvertes et en expériences de toutes sortes.

J'ai d'ailleurs croisé un serpent vénimeux et des araignées que je croyais être des tarentules tellement elles étaient grosses. Si j'ajoute que j'ai vu des chiens, ça ne paraîtra pas bien dangereux, mais comme ils servent de système d'alarme au pays, je les trouvais très intimidants...

Avec toutes ces images en tête, je m'apprête à passer en mode montage des vidéos. Je vous ferai découvrir la culture des Philippines avec un regard tout particulier sur son système agricole!

(Photo prise par Michel Bernèche)