Mousses réfrigérantes

Mousses réfrigérantes

Il y a 470 millions d’années, la colonisation des terres émergées par les plantes aurait provoqué un âge glaciaire et même une extinction massive d’espèces marines! Comment? En entraînant une diminution importante de CO2, un gaz à effet de serre.

Au début de l’Ordovicien (période entre 488 et 444 millions d’années avant ce jour), les concentrations de ce gaz étaient de 14 à 22 fois supérieures à celles d’aujourd’hui. Il faisait donc très chaud. Les plantes auraient contribué à faire chuter le CO2 de moitié – plongeant ainsi la Terre dans une ère glaciaire – en transformant les roches.

En effet, des scientifiques du Royaume-Uni viennent de démontrer comment les plantes de l’époque, surtout des mousses, ont participé à ce refroidissement : en sécrétant une grande variété d’acides organiques, les mousses auraient puisé des minéraux dans les roches siliceuses; les roches, ainsi altérées, auraient réagi avec l’atmosphère pour absorber de grandes quantités de CO2.

L’expérience a aussi démontré que les mousses puisent de larges quantités de phosphore dans la roche. Une fois lessivé dans l’océan, ce phosphore a probablement provoqué des efflorescences d’algues, qui auront fait chuter le taux d’oxygène dans l’eau, causant une hécatombe marine. Les plantes terrestres sont sorties relativement indemnes de ces bouleversements puisque la glace a surtout couvert le pôle Sud alors qu’elles vivaient majoritairement aux latitudes tropicales.