Comment les oiseaux réussissent-ils à migrer sur de très longues distances? À défaut d’être résolu, ce mystère tenace de la biologie animale bénéficie d’un nouvel éclairage grâce à un chercheur québécois, Guy Beauchamp, de l’Université de Montréal.

Ses travaux publiés dans la revue scientifique Biology Letters suggèrent que le fait de voyager en grands groupes favorise les migrations sur de longues distances. Le scientifique a examiné la distance de migration de toutes les espèces d’oiseaux nicheurs d’Amérique du Nord (409 espèces) pour constater que la taille des groupes d’oiseaux est plus grande lorsque ceux-ci migrent sur de longues distances.

La question de la poule ou de l’œuf reste entière : au cours de l’évolution, voyager en grands groupes a-t-il permis d’allonger la distance de migration, ou est-ce plutôt l’allongement de la distance de migration qui a favorisé la formation de grands groupes de voyage?

Cela pourra être clarifié plus tard. En attendant, notons que les avantages de la migration en groupe seraient multiples, d’après le chercheur. Tout d’abord, le vol en formation pourrait améliorer les performances aérodynamiques de chaque oiseau, permettant des économies d’énergie sur de longues distances, surtout pour les espèces de grande taille.

Ensuite, plus il y a d’oiseaux, plus il y a de navigateurs et meilleures sont les chances d’aller dans la bonne direction ou de trouver des repères de vol, ce qui offre aussi l’occasion aux oiseaux non expérimentés d’atteindre une destination éloignée. Enfin, le fait de pouvoir s’alimenter en groupe lors des arrêts améliore l’efficacité de l’alimentation de chaque individu et diminue le risque de prédation.