Le mouvement environnemental selon François Cardinal

Le mouvement environnemental selon François Cardinal

Judith Jacques

7 septembre 2012

(Photo : François Cardinal au tournage de sa présentation de l'émission)

L’éveil des consciences pour la protection de l’environnement s’est fait au milieu du siècle dernier, explique François Cardinal, éditorialiste à La Presse. Les gens ont mis le doigt sur la potentielle dangerosité des produits, donc ont demandé plus de protection du gouvernement.

Explora a invité M. Cardinal à partager ses commentaires sur le documentaire L’éveil vert racontant l’histoire du mouvement environnemental américain. Ce film lui rappelle entre autres les habitudes de vie des gens lorsqu’il était plus jeune : ils vidaient leur huile dans les cours d’eau et leur cendrier dans le stationnement. « On a fait un bout de chemin impressionnant », indique François Cardinal. « Avec le film, on voit d’où on est parti et où on est », ajoute-t-il.

MOTIVATIONS DIFFÉRENTES

Une différence majeure qu'il note entre le mouvement environnemental des années 60 et d’aujourd’hui est qu’à l’époque, les écologistes étaient amoureux de la nature et s’inquiétaient des impacts néfastes de leurs habitudes sur l’environnement. De nos jours, la population est de plus en plus sensibilisée, mais le discours des environnementalistes est plus abstrait, souligne l’éditorialiste.

Ce sont les changements climatiques et la fonte de la calotte glaciaire qui sont au coeur du discours du mouvement. « On a une bonne connaissance des menaces qui pèsent sur l’environnement, mais on ne connaît plus la nature », indique-t-il. Il faut selon lui reconnecter les enfants avec elle. « Ils sont capables de nommer les oiseaux et les plantes, mais il faut qu’ils aient de l’amour pour la nature qu’on leur demande de préserver », dit-il.

 

ÉCHEC ET RÉUSSITE

Le mouvement environnemental d’aujourd’hui a fait plusieurs gains, notamment au niveau du recyclage et de la diminution de l’utilisation des sacs de plastique. Toutefois, l’éditorialiste trouve que la réussite se transforme en échec si on regarde la situation d’un point de vue global : « On produit tellement de déchets qu’on met un pansement sur le bobo avec le recyclage ».

En terme de mouvement, François Cardinal constate que les écologistes ont fait beaucoup de chemin. Aujourd’hui, ils portent des cravates et rencontrent le premier ministre pour parler de la diminution des gaz à effet de serre. « Le mouvement est parti d’une base de militants à un groupe de pression bien organisé qui a des tentacules dans les sphères du pouvoir », indique-t-il. Il parle d’une minorité qui a réussi à faire de la protection de l’environnement un enjeu de société.

(Photo : François Cardinal au tournage de sa présentation de l'émission)

Le documentaire L'éveil vert est diffusé samedi le 8 septembre à 20h30.