La testostérone fait-elle prendre plus de risques?

La testostérone fait-elle prendre plus de risques?

ICI EXPLORA

22 janvier 2020

La prise de risque chez les hommes est souvent associée à la production de testostérone, mais est-ce un effet réel de cette hormone? Cette semaine, c’est à l’aide d’un jeu de chaudrons, de jolies personnes et de cobayes bien motivés que Le gros laboratoire s’est attaqué à cette question.


Le gros laboratoire poursuit ses expériences tous les mercredis à 21 h sur les ondes d'ICI Explora. La semaine prochaine, découvrez si un élixir peut vous donner de la force et si les cobayes connaissent bien leur anatomie.

Vous avez manqué l'émission de cette semaine? Regardez la rediffusion le samedi 25 janvier à 14 h!


Des études relativement récentes ont démontré que l’idée comme quoi les hommes prennent naturellement plus de risques que les femmes est erronée. Une équipe de recherche de l’Université d’Houston a travaillé avec des familles traditionnelles de Chine, la moitié issue d’une communauté culturelle patriarcale et l’autre moitié d’un milieu matriarcal.

Dans un contexte identique ou de jeunes enfants pouvaient gagner de petites sommes d’argent, les filles du groupe matriarcal prenaient plus de risques que les garçons. Sans surprise, l’inverse était vrai dans le cas de la communauté patriarcale. L’étude n’a pas permis de vérifier si les résultats étaient les mêmes à l’âge adulte, mais l’équipe de recherche a affirmé que c’est surtout l’environnement et les influences sociologiques qui déterminent cette tendance au risque.

Comme les sujets de cette expérience étaient évalués avant l’âge de la puberté, il est difficile d’établir ou d’éliminer les liens avec la testostérone. Cependant, une étude parue en 2011 dans le journal Psychological Science associe directement la testostérone à la prise de risque, tout en apportant quelques nuances. Selon cette étude, des niveaux particulièrement faibles ou élevés de testostérone peuvent favoriser la prise de risques, particulièrement en ce qui concerne le risque économique.

C’est donc cette notion de risque économique chez les hommes qui a été testée par l’équipe du Gros laboratoire. Devant de jolies femmes qui évaluaient leurs capacités, ceux-ci devaient faire glisser un chaudron le plus loin possible sur une table sans le faire tomber. Pour leur dernier lancé, les cobayes en question avaient la possibilité de parier un montant d’argent. S’ils rataient leur lancer, ils perdaient ce montant, mais ils gagnaient le triple de l’argent en jeu si celui-ci était réussi.

Comme groupe contrôle, une autre partie des cobayes s’est prêtée au même exercice. Seule différence; cette fois c’était des gens bien ordinaires qui évaluaient leur performance. L’équipe du Gros laboratoire souhaitait déterminer si les hommes en présence de belles personnes allaient parier de plus gros montants, un signe qui peut indiquer une certaine prise de risque économique.

LES RÉSULTATS

LA QUESTION : LES HOMMES PRENNENT-ILS PLUS DE RISQUES LORSQU’ILS SONT EN PRÉSENCE DE BELLES FEMMES?

LA RÉPONSE : IL NE FAUT PAS GÉNÉRALISER, MAIS CELA POURRAIT AVOIR UNE INFLUENCE SUR LE PLAN DU RISQUE ÉCONOMIQUE!

Les cobayes des deux groupes semblent avoir fait tomber les chaudrons à une fréquence semblable, rien ne permet donc d’affirmer hors de tout doute que la présence des belles femmes a eu une influence sur leur comportement.

Cependant, au moment de mettre de l’argent en jeu, les cobayes qui étaient évalués par des gens bien ordinaires ont parié moins d’argent que leurs confrères. Le groupe contrôle a parié en moyenne 9 $ alors que les autres cobayes ont misé en moyenne 15 $.

Il s’agit d’un résultat intéressant, mais bien sûr beaucoup d’autres facteurs seraient aussi à considérer afin de pouvoir en tirer une conclusion scientifique. L’orientation sexuelle et la personnalité des cobayes, le contexte de l’expérience, l’aisance sociale et bien plus de choses peuvent venir jouer dans ces données.