À la suite des attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain, le trafic maritime dans la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick, a diminué au point d’abaisser le niveau sonore sous-marin de 6 décibels. Cela semble avoir eu une incidence sur le niveau de stress des baleines.

Cette constatation est celle de scientifiques états-uniens qui menaient, à cette époque, des études sur une baleine en danger d’extinction, la baleine noire de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis). Les chercheurs quantifiaient les taux d’hormones du stress chez ces baleines.

Or, deux jours après les attentats, la diminution était significative. Les chercheurs n’ont pu voir d’autre facteur que la diminution du bruit pour expliquer ces résultats. La baleine noire de l’Atlantique Nord est une baleine à fanons, aussi appelée mysticète. Ces baleines communiquent principalement grâce à des sons très graves.

Les sons émis par les grands bateaux interfèrent avec ceux des baleines, puisqu’ils oscillent eux aussi dans les basses fréquences. On savait déjà que le bruit sous-marin provoquait des déplacements de baleines, des changements comportementaux et une altération de leurs appels.

On ignorait cependant s’il se traduisait par une augmentation de la production d’hormones du stress. L’étude suggère que c’est le cas. Il faudra donc dorénavant en tenir compte dans les programmes de rétablissement de la baleine noire de l’Atlantique Nord, et de toutes les baleines des zones de trafic maritime intense, car ces hormones peuvent avoir de lourdes conséquences sur la santé des baleines.