I Fucking Love Science : un an de douce folie

I Fucking Love Science : un an de douce folie

Agence Science-Presse

29 mai 2013

(Photo : Des chercheurs ont isolé une cellule du système immunitaire de la salamandre qui l'aide à regénérer ses organes endommagés- I fucking love science

C’est le phénomène de l’heure dans la communication scientifique 2.0 : I Fucking Love Science. Un an de douce folie, et quatre millions de fans qui en redemandent.

Né le 10 mars 2012 d’une seule personne, une Britannique de 23 ans, alors étudiante en biologie à l’Université de Sheffield — qui, dit-elle, « s’ennuyait dans sa chambre à l’université » — c’est devenu un de ces trucs viraux dont Facebook a le secret.

Photos, dessins ou montages, accompagnés d’un texte ou d’un slogan intelligent, I Fucking Love Science est désormais alimenté par des gens qui n’ont souvent rien à voir avec la science, mais qui y trouvent une occasion de s’émerveiller ou de faire réfléchir — pourvu que ce soit avec humour.

Comme l’écrit sa créatrice, Elise Andrew: « Nous sommes ici pour la science — le côté amusant de la science. Citations, blagues, mèmes, photos et tout ce que vous trouvez incroyable et étrange. Si vous vous prenez trop au sérieux, vous n’êtes pas sur la bonne page. »

Ne cherchez pas un site : I Fucking Love Science n’existe que sur Facebook — pour l’instant. Encore que ses 4 millions de fans (en un an!) s’arrangent pour en parler un peu partout...

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Entrevue avec Elise Andrew
Conversation avec Elise Andrew