Au rythme de l’hibernation
Voici des animaux qui excellent dans l’adaptation au froid du Québec. Leur hibernation, soit un état d’endormissement très profond, dure de l’automne au printemps.
Petite chauve-souris brune
Mammifère
Myotis lucifugus
Chauve-Souris
Durant l’hibernation
  • Elle entre en état de torpeur de sorte que son système fonctionne au ralenti.

  • Son rythme cardiaque passe d’environ 400 à 1000 battements/minute à 25 battements/minute.

  • Elle utilise ses réserves de graisse pouvant représenter jusqu’à 30-35% de son poids.

  • La période d'hibernation est perturbée par un champignon, le syndrome du museau blanc, qui augmente les périodes de réveil des chauves-souris qui meurent d’épuisement.

  • Elle hiberne dans une grotte ou une mine abandonnée.

  • La température autour d'elle est légèrement au-dessus de zéro. Sa température corporelle passe de 36º C à environ 4 à 6º C.

Grenouille des bois
Amphibien
Lithobates sylvaticus
Grenouille
Durant l’hibernation
  • Elle congèle, mais ne doit pas geler à plus de 65% pour survivre.

  • Elle est cliniquement morte, car son cœur cesse de battre.

  • Le glucose produit par son foie empêche ses cellules de se détériorer à basse température.

  • Elle passe l'hiver dans la litière de feuilles sous un couvert de neige ou dans l’anfractuosité d’un tronc ou d’une branche.

  • La température autour d’elle peut descendre sous zéro.

Tortue géographique
Reptile
Graptemys geographica
Tortue
Durant l’hibernation
  • Cette espèce vulnérable au Québec refroidit sans geler.

    Certains nouveau-nés survivent à des températures sous zéro en entrant en état de surfusion, ce qui évite la congélation de leurs fluides corporels.

  • Son rythme cardiaque passe d’environ 40 battements/minutes à 1 battement/10 minutes.

  • La tortue hiberne au fond de l'eau, sur le fond bien oxygéné d'un cours d’eau ou d'un lac. Certains nouveau-nés peuvent hiberner au nid, sur terre.

  • La tortue peut respirer par son derrière (respiration cloacale) lors de l’hibernation.

  • La plus basse température au fond de l'eau est de 4°C.

Recherche et rédaction : Judith Jacques, Infographie : Marie-Loïc Sénamaud, Révision : Félix Faucher

Infographie élaborée grâce à la collaboration des biologistes Louise Gratton, Louis Lazure (Zoo de Granby), Sébastien Rouleau (Zoo Écomuséum) et Yohann Dubois, Nathalie Desrosiers et Jean-Pierre Fillion (Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs), ainsi qu'à Kenneth B. Storey, professeur de biochimie à l’Université Carleton, Ronald J. Brooks, professeur au département de biologie intégrative de l’Université de Guelph et à Julie Moffet de la fondation Monique-Fitz-Back.