Free Solo, l’aventure vertigineuse d’Alex Honnold sur El Capitan

Free Solo, l’aventure vertigineuse d’Alex Honnold sur El Capitan

Martin Ouellet-Diotte , ICI EXPLORA

8 mai 2020

Un homme, une montagne, des années de détermination.Samedi à 21 h, ICI Explora diffusera pour la première fois sur sa chaîne le documentaire oscarisé Free Solo, qui porte sur l’ascension sans corde d’El Capitan en 2017 par le légendaire Alex Honnold. Les amateurs et amatrices d’escalade connaissent généralement déjà les exploits de cet incroyable grimpeur, mais voici quelques explications pour vous lancer vous aussi à la découverte de ce moment historique à la limite des capacités humaines. 

 

Situé dans le parc national de Yosemite, El Capitan est un véritable monolithe de granite dont le sommet se situe à un peu plus de 900 mètres du sol. C’est un lieu culte pour les aficionados de l’escalade. Les voies y sont multiples; les parcours vont des plus simples aux chemins presque impossibles à conquérir.

 

La voie grimpée par Alex Honnold, baptisée Freerider, se trouve sur la face principale du grand rocher et présente un sérieux défi même pour les athlètes avec le plus d’expérience. Normalement, le trajet exige de 3 à 5 jours d’ascension avec de l’équipement spécialisé pour camper sur la paroi. Simplement armé de ses souliers d’escalade et d’un sac à magnésie, Honnold aura mis moins de quatre heures pour atteindre le sommet. 

Au-delà de l'exploit physique, la montée d'El Capitan est l'exemple d'une force mentale extrême. Photo : Free Solo

 

Ce qui transforme cette ascension rapide en exploit, c’est la technique utilisée par le grimpeur : l’escalade en solo intégral (free solo). Sans corde, un simple glissement de pied ou une simple erreur de positionnement des doigts aurait pu mener l’athlète de 34 ans vers une mort certaine. Sa réussite est maintenant vue par beaucoup comme l’un des plus grands accomplissements athlétiques de l’histoire, tous sports confondus.

 

Alex Honnold, Jimmy Chin et Tommy Caldwell

 

Avant de gravir ainsi cette voie d’El Capitan, Alex Honnold avait déjà accompli d’autres exploits en solo intégral un peu partout dans le monde, en s’associant avec des individus tout aussi talentueux pour mener ses aventures. Free Solo, va ainsi à la rencontre de plusieurs de ses camarades de grimpe qui ont aussi un parcours athlétique extraordinaire.


Jimmy Chin, réalisateur, caméraman et photographe pour Free Solo, est aussi un athlète accompli en plus d’être un ami proche d’Alex Honnold. Par le passé, il a notamment atteint le sommet du mont Everest et skié sur celui-ci, mais il est surtout connu pour avoir effectué la première et unique ascension de la face la plus difficile du pic Meru, dans l’Himalaya. Un excellent documentaire, simplement titré Meru, raconte cette aventure extraordinaire. 

 

Tommy Caldwell, qui a conseillé et guidé Alex Honnold tout au long de son projet, a lui aussi passé une partie de sa vie collé contre les parois de granite d’El Capitan. Sorti en 2017, le documentaire The Dawn Wall relate son triomphe d’une voie impossible d’El Capitan après 19 journées épuisantes à vivre sur la falaise avec son équipier Kevin Jorgeson. 

 

En quelques sortes les Avengers du monde de l’escalade, ce trio surhumain fait de Free Solo une œuvre encore plus fascinante que les meilleurs films d’aventures. Si vous développez un appétit pour ce monde d’adrénaline et de courage après avoir vu le documentaire, Meru et The Dawn Wall, cités plus haut,sont deux autres titres incontournables qui peuvent bien servir d'échappatoire en cette période de confinement.

Les réalisateurs Elizabeth Chai Vasarhelyi et Jimmy Chin avec Alex Honnold et son amoureuse Sanni McCandless. Photo : Joe Scarnici / Getty Images pour National Geographic

Free Solo, c’est aussi une histoire d’amour. L’amour d’un grimpeur pour son rêve, mais aussi celle de ses proches qui savent que cet intense objectif l’entraîne peut être vers une fin tragique. Une simple erreur aurait mené à une chute mortelle sous les yeux de ses amis et de son amoureuse.

 

Des paysages à couper le souffle

 

Si ce documentaire captive l’attention grâce aux êtres humains passionnants qui portent le récit, les prises de vue hallucinantes ont toutes autant de mérite. Filmés à l’aide de cordages, de caméras et d’échelles directement sur la paroi vertigineuse, à l’aide de drones ou encore à partir du sol, les différents angles documentent chaque moment de l’exploit.


La beauté sauvage du parc national de Yosemite apporte un équilibre au suspense athlétique qui se déroule sous nos yeux, sans parvenir à effacer complètement la sensation d’anxiété aiguë que l’on peut ressentir lors de l’ascension d’Alex Honnold. S’il y a bien une chose que l’on peut ressentir à plusieurs reprises au fil de l’ascension du grimpeur, c’est que sa vie dépend de quelques millimètres de friction, d’une mémoire musculaire infaillible et d’une détermination inébranlable.

 

Plutôt qu’un sportif téméraire à la recherche d’adrénaline, on voit en Alex Honnold un calme presque inhumain. Son rapport avec le risque et la mort, tout comme chaque mouvement sur les parois rocheuses, est calculé, réfléchi et prudent. 


Free Solo mérite bien son Oscar. Au-delà de l’exploit sportif, c’est un documentaire qui repousse les limites de l’être humain et qui présente la force du rêve d'un athlète. Il fait partie de ces grandes œuvres qui restent en tête longtemps, c’est un bouleversement qui s’invite dans votre week-end et qui vous captivera du début à la fin.