Les chats en 5 faits surprenants

Un chat au repos.
Photo : iStock

Cet article est en lien avec l'émission Curium.

Aller à la fiche de l'émission

Chaque semaine à Curium, Félix-Antoine Tremblay explore des thèmes scientifiques pour les décortiquer avec humour et simplicité. Cette semaine, il s’intéresse aux chats et à tout ce qui concerne ces sympathiques félins, qui font partie du quotidien de l’être humain depuis des lustres! En attendant l’émission, nous vous invitons à découvrir quelques faits surprenants sur ces valeureux compagnons poilus.

 

La moustache du chat est un outil d’analyse très important

Un chat à l'air grognon.

Photo : iStock

Les petits poils qui sortent du museau des félins se nomment des vibrisses et possèdent plusieurs fonctions. Comme de petites antennes, elles aident les chats entre autres à s’orienter, à chasser, à percevoir la direction du vent et à détecter des changements atmosphériques.

Les vibrisses permettent aussi aux chats de mesurer un espace afin de savoir s’il est possible de s’y faufiler : si la moustache passe, le reste du corps peut suivre!

 

Certains chats dorment jusqu’à 65 % de leur vie

Un chat qui dort dans un rayon de soleil.

Photo : iStock

En moyenne, les chats dorment de 10 à 13 heures par jour, mais certains peuvent même étirer le temps alloué à la sieste quotidiennement jusqu’à 17 heures!

D’un point de vue évolutif, ces longues heures de sommeil permettaient autrefois aux chats sauvages d’économiser leur énergie pour la chasse, en attendant un prochain repas. Comme cette activité se déroulait généralement de nuit, cela peut aussi expliquer la sédentarité de certains félins durant la journée.

Cette réalité génétique a aujourd’hui quelque peu perdu de son sens pour la plupart des chats domestiques, qui n’ont généralement qu’à faire quelques pas pour manger. 

 

Ils sont au côté de l’être humain depuis 10 000 ans

Un chaton sur l'épaule d'une personne.

Photo : iStock

La relation entre les chats et les êtres humains remonte à au moins 10 000 ans. Mais contrairement aux chiens ou aux chevaux, les chats n’ont pas été domestiqués au sens classique. Les scientifiques s’accordent de plus en plus pour dire que les chats se sont en fait domestiqués eux-mêmes, en se rapprochant volontairement de l’être humain pour en tirer certains bénéfices.

Ils étaient notamment présents il y a 8000 ans dans des communautés agricoles du Croissant fertile, attirés par les rongeurs qui menaçaient les récoltes. C’est de cette manière que les êtres humains de l’époque ont appris à apprécier la présence de ces petits félins. 

Cette relation symbiotique, mutuellement bénéfique, a rapproché le chat et l’être humain au fil des millénaires.

 

Ils peuvent survivre à des chutes vertigineuses

Un chat en pleine chute.

Photo : iStock

En raison de la vitesse maximale théorique qu’un chat peut atteindre lors d’une chute (environ 100 km/h), celui-ci peut survivre à des chutes beaucoup plus grandes qu’un être humain. À partir d’une certaine distance, la chute des chats n'accélère plus, et ceux-ci peuvent donc se positionner de manière à réduire leur impact avec le sol et éviter les blessures.  

Cela ne veut bien sûr pas dire qu’ils sont immunisés contre les chutes, mais ils sont beaucoup plus résistants que bien des mammifères face à ce danger, et au moins deux cas de chats ayant survécu à une chute de plus de 30 étages sont documentés. 

 

Les chats domestiques sont l’une des plus grandes menaces pour la survie des oiseaux

Un chat qui observe une mouette.

Photo : iStock

Selon une étude réalisée en 2022 par une équipe de l’Université de Guelph, les chats peuvent tuer collectivement jusqu’à 2,5 milliards d’oiseaux en une seule année. Au Canada seulement, ils sont le prédateur principal des oiseaux, ils en tuent plus de 200 millions par année en moyenne.

C’est pour cette raison que plusieurs spécialistes suggèrent aux personnes qui possèdent des chats domestiques de les garder à la maison plutôt que de les laisser se promener librement à l’extérieur. La présence de chats domestiques dans notre société augmente en suivant la croissance de la population humaine, ce qui pose de sérieuses menaces pour la biodiversité.

En plus des ravages qu’ils peuvent causer pour les oiseaux, ces félins représentent aussi une menace pour de nombreux papillons et pour d’autres espèces d’insectes nécessaires à la survie de différents écosystèmes.


Qu'est-ce qui stresse les chats? | Extrait de Curium.

Pour en apprendre plus sur le sujet, ne manquez pas Curium, samedi à 18 h sur ICI Explora! Découvrez aussi les nombreux contenus exclusifs de la série sur la zone Jeunesse de Radio-Canada.