Photo prise par Ikiwaner/Wikimedia Commons

Ils le décrivent comme « un sillon de 4 centimètres et demi qui court plus profondément dans la partie droite de notre cerveau ». Et qui pourrait être le lieu de beaucoup de différences entre le chimpanzé et nous.

C’est que la configuration du cerveau de nos cousins et du nôtre est très semblable. Mais loin à l’intérieur, il y a cette différence étrange : alors que chez les chimpanzés, ce « sillon temporal supérieur » est symétrique des deux côtés du cerveau, chez nous, il ne l’est pas. Il est plus long à droite qu’à gauche.

Et ce n’est pas par hasard si l’équipe dirigée par François Leroy, de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) s’y est intéressée : ce sillon se trouve dans cette région de l’hémisphère droit à laquelle on attribue généralement les aptitudes au langage et à la communication sociale. Qui plus est, il apparaît très tôt dans le développement de l’enfant. « En comparaison, écrivent les chercheurs dans la revue PNAS, cette asymétrie est à peine visible chez le chimpanzé. »

L’asymétrie de ce sillon chez les humains avait déjà été identifiée en neurosciences. L’élément nouveau ici, c’est une comparaison entre 173 humains et 73 chimpanzés. De celle-ci, il semblerait qu'on puisse conclure que l'asymétrie est généralisée chez nous, et presque absente chez nos cousins.

Et s'il en est ainsi, ça pourrait être une clef pour chercher où sont apparues les « habiletés cognitives » qui, à un moment de l’évolution, ont fait la différence chez nos ancêtres. Le New Scientist précise que, bien que notre cerveau soit plus gros que celui du chimpanzé, les plis et replis sont très similaires chez l’un et chez l’autre : «des caractéristiques anatomiques que seuls les humains possèdent sont très difficiles à trouver».