Que ce soit lors d’expériences interactives, dans des manèges ou à la maison, les casques de réalité virtuelle sont variés et de plus en plus répandus. Les écrans de ces appareils, à quelques millimètres des yeux, permettent une grande immersion. Sont-ils sécuritaires pour notre vision?


Savez-vous que le monde est pris d’assaut par une vague de myopie sans précédent? Le documentaire Demain, tous myopes tente de  lever le voile sur les origines de cette problématique. Un récit à découvrir le vendredi 8 novembre à 21 h sur ICI Explora.  


Comme l’utilisation massive des casques de réalité virtuelle en est encore à son premier stade, peu d’études ont été faites sur les impacts à long terme de ces appareils sur la vue, mais l’Association canadienne des optométristes (ACO) possède déjà quelques recommandations.

La première mise en garde vise les plus jeunes : comme les yeux des enfants sont en développement, une exposition fréquente et étendue aux casques de réalité virtuelle pourrait « altérer le développement de la focalisation, du suivi visuel et de la perception de la profondeur », indique l’ACO sur son site.

Après tout, les écrans sont un des facteurs mis en cause dans l’augmentation fulgurante de la myopie chez les enfants dans les 20 dernières années.

« Il faut faire attention avec les enfants et rester à l’affût. Avant d’utiliser ces systèmes, un examen complet devrait être effectué », explique le Dr. Martin Spiro, optométriste et membre du conseil d’administration de l’ACO.

L'utilisation de la réalité virtuelle chez les enfants devrait s'effectuer avec prudence.

Pour le moment, rien ne semble indiquer que les appareils de réalité virtuelle sont pires que les autres écrans qui entourent notre quotidien, des précautions similaires s’appliquent donc généralement.

«C’est important de savoir que ces technologies sont assez nouvelles. On ne connait pas tous les effets à court et long terme. Il est donc important de suivre les recommandations de l’ACO et de faire des pauses fréquemment, idéalement en ne dépassant pas 30 minutes d’utilisation. Il faut aussi suivre les recommandations du fabricant du casque en tant que tel », précise Dr. Spiro.

Bien sûr, pour une bonne nuit de sommeil, l’immersion dans la réalité virtuelle est à éviter avant le coucher. Tout comme lorsque vous prenez votre cellulaire au lit, l’exposition à la lumière bleue n’est pas idéale pour bien s’endormir.

Un outil qui peut aussi aider

Les casques de réalité virtuelle n’ont pas que de mauvais côtés pour les yeux. Selon Martin Spiro, lorsque ces derniers sont utilisés adéquatement, ils peuvent même être très utiles pour les optométristes.

«Je suis plus optimiste qu’alarmiste face à ces technologies. J’y vois une bonne utilité pour l’éducation. Même à l’école d’optométrie, il peut y avoir une utilisation de la réalité virtuelle pour pratiquer des techniques. Certains athlètes les utilisent aussi pour entraîner leurs systèmes visuels », illustre-t-il.

En plus de cela, plusieurs études encore au stade préliminaires se penchent sur de nouvelles techniques de réadaptation visuelle grâce à ces technologies. Selon le docteur, c’est aussi une manière pour certaines personnes de retrouver une qualité de vie perdue.

« Pour des gens qui ont des problèmes de visions binoculaires, certains programmes permettent de travailler sur cet aspect-là. J’ai quand même un espoir que d’autres programmes très intéressants vont sortir et utiliser ces technologies dans les prochaines années. »

- Martin Spiro

L’optométriste rappelle tout de même qu’il faut demeurer prudent, comme avec tout type de nouvelles technologies, mais une utilisation optimale de la réalité virtuelle chez un adulte ne semble, à priori, pas dramatique. Pour se lancer, il conseille avant tout de s’assurer d’avoir une bonne santé oculaire.

« Avant d’investir temps et argent dans ce type d’appareil, il faudrait faire une consultation avec un optométriste pour s’assurer de l’état optimal de nos yeux. Si par la suite il y a un inconfort ou un problème lors de l’utilisation du casque, c’est aussi important de consulter l’optométriste dans les plus brefs délais », conclut-il.