Écrire à la main se perd, avec l’omniprésence des claviers. Notre cerveau en est-il appauvri?

C’est ce que prétendent divers chercheurs en psychologie ces dernières années, qui prétendent pouvoir mesurer une baisse dans les capacités d’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez les enfants qui ont appris très tôt à écrire au clavier.

Autrement dit, apprendre en écrivant avec un crayon rendrait la chose plus facile par la suite. La raison, chez les défenseurs de cette thèse, est que lorsque l’enfant écrit à la main, il se met en place dans sa tête tout un processus mental — penser à la future lettre, se concentrer sur sa forme puis l’assembler avec les suivantes — qui oblige le cerveau à travailler davantage.

Suivant cette logique, écrire à la main pourrait donc être également plus bénéfique pour l’adulte — une façon d’exercer le cerveau, ou de l’autodiscipliner, en quelque sorte.