L’avenir immédiat du plastique est incertain, si nous cessons un jour prochain d’utiliser du pétrole. Mais à très long terme, sa trace demeurera longtemps dans l’environnement... et même dans la roche.

Une des traces les plus visibles de notre civilisation, dans un million d’années, pourrait en effet être une fine couche de plastique coincée entre deux strates géologiques. Le plastique a beau se décomposer en des fragments de plus en plus petits, la science ignore encore beaucoup de choses sur la durée de vie de ce produit, et des millions de tonnes emprisonnées dans des sédiments ou dans de la glace, même sous forme microscopique, ça finit par laisser une trace. Car sur les 300 millions de tonnes annuelles, nous en jetons tout de suite un tiers, dont une importante partie finit dans les océans.

Avec un impact encore mal mesuré sur la chaîne alimentaire, de l’intestin des poissons jusqu’aux bactéries qui colonisent des fragments de plastique flottants.