Ces destinations condamnées par les changements climatiques

Ces destinations condamnées par les changements climatiques

Alexandre Couture , ICI EXPLORA

3 juin 2015

Photo du Cape York au Groenland prise par Brocken Inaglory / Wikimedia Commons

Vous planifiez des vacances aux Îles-de-la-Madeleine, à Venise ou en Patagonie cet été? C'est une bonne idée puisque dans quelques années, ces paysages auront changé au rythme des changements climatiques. Voici quelques exemples de célèbres destinations touristiques condamnées à disparaître. 

ÎLES-DE-LA-MADELEINE, QUÉBEC

Photo prise par Raymond Brow / Creativecommons

Le dérèglement climatique accentue le phénomène naturel d’érosion depuis une quinzaine d’année aux Îles-de-la-Madeleine. La protection glaciaire s’affaiblissant, les falaises de grès rouge, très friables, subissent de plus en plus l’assaut des vagues l’hiver. 

GLACIER NATIONAL PARK, ÉTATS-UNIS

Photo du Glacier national Park par Mark Wagner / Wikimedia commons

En 1932, les États-Unis et le Canada ont créé le premier parc international de la paix en unissant le parc national Glacier (États-Unis) et le parc national des Lacs-Waterton (Canada).

Situé dans l’État du Montana aux États-Unis, le parc national Glacier était anciennement recouvert de glace et de neige. Avec la hausse des températures, le nombre de glaciers présents est passé de 125 à 25 pendant le dernier siècle. Selon une étude menée par des scientifiques américains, les glaciers de ce parc auront complètement disparus d’ici les prochaines décennies. 

 

GRANDE BARRIÈRE DE CORAIL, AUSTRALIE 

Photo satellite de la Grande Barrière de corail prise par la NASA / Wikimedia Commons

Merveille de la nature, écosystème unique, la Grande Barrière de corail en Australie s’étend sur près de 2 600 kilomètres. Visible de l’espace et plus long que la Grande Muraille de Chine, ce lieu est menacé par le réchauffement des océans et par la pollution environnante. La Grande Barrière de corail se meurt à petit feu. Les experts parlent d’une disparition d’ici la fin de notre siècle. 

ÎLE DE KOMODO, INDONÉSIE

Photo par Jon Hanson / Wikimedia Commons

Paradis des plongeurs et habitat naturel du dragon de Komodo, l’île indonésienne pourrait bien connaître un triste sort dans les prochaines décennies. Le réchauffement climatique accentue la montée de la mer et celle-ci pourrait bien engloutir l’île. 

BIG SUR, CALIFORNIE

Big Sur en Californie, photo de Astronautilus / Wikimedia Commons

Paysage idyllique situé entre les villes de Los Angeles et San Francisco, la région surnommée Big Sur est aussi touchée par le réchauffement climatique. La montée des températures accentue le risque de feux de forêt qui sont dévastateurs pour l’écosystème et le paysage lui-même. La survie de cette merveille naturelle repose entre les mains du gouvernement américain.

PATAGONIE, CHILI-ARGENTINE

Photo du glacier Perito Moreno en Patagonie par Luca Galuzzi / Wikimedia Commons

Les glaciers de Patagonie, en Argentine et au Chili, fondent plus rapidement qu'ailleurs dans le monde, selon une étude de l'Université de Leeds au Royaume-Uni. Entre 1960 et 2003, les glaciers ont reculé en moyenne d'environ 35 mètres en Patagonie. Ces modifications ont un impact sur les cours d'eau ainsi que sur la chaîne alimentaire des communautés qui vivent dans ces régions. De plus, en fondant, les glaciers provoquent des inondations dévastatrices.

EVERGLADES, FLORIDE

Les Everglades par Riandi / Wikimedia Commons

Avec une impressionnante superficie de 6000 km2, les Everglades en Floride renferment le plus vaste milieu naturel subtropical du pays. Visité par environ un million de personnes par an, ce parc national est menacé par l’activité humaine et la montée du niveau de la mer. En effet, depuis 1932, le niveau de la mer près de Key West est monté de 20 centimètres. 

BANGLADESH

Un village inondé au Bangladesh par Stockbyte / Creative Commons

Le Bangladesh est l'un des pays les plus vulnérables aux changements climatiques. Les deux tiers de ses terres culminent à moins de cinq mètres au-dessus du niveau de la mer. L'élévation des eaux est déjà très perceptible dans les îles au large du golfe du Bengale. Le pays dénombre 60 % des victimes de cyclones dans le monde ces vingt dernières années. Jusqu'à 18 millions de Bangladais pourraient devoir fuir leurs terres d'ici à 2050. 

VENISE, ITALIE 

La place San Marco inondée à Venise par Wolfgang Moroder / Wikimedia Commons

Difficile de croire que cet endroit magique qui est construit sur l’eau pourrait être touché par le réchauffement climatique. La capitale des amoureux coule à un rythme de 20 cm aux 100 ans. Les récentes études sur les conditions climatiques sont effrayantes : même si diverses barrières anti-déluges sont construites, Venise pourrait bien disparaître dans un futur pas si lointain. 

La question n'est pas de savoir si cela arrivera, mais simplement quand.

Les grandes métropoles touchées également

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas seulement les petites îles qui seront affectées par ce réchauffement climatique. Des mégapoles comme New-York, Tokyo, Londres et Bangkok seront éventuellement touchées par la montée des eaux. 

Cette liste n'est toutefois pas exhaustive : ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres.

Pour en savoir plus sur le réchauffement climatique

Dossier sur les changements climatiques de Radio-Canada

Natural Resources Defense Council (NRDC)