Chaque semaine, nous vous présentons l'un des chiens mis en vedette dans l’émission Vies de chiens, diffusée sur ICI Explora.
Chacun d'eux a un défi à relever, pour lui-même et pour ses maîtres. L’entraîneur canin Mathieu Lavallée apporte son expertise pour les aider.

Cette semaine, nous vous présentons une jeune Labrador débordante d’énergie : Stella!  

La problématique : l'énergie débordante de Stella, à la limite de l’hyperactivité

Stella est une jeune chienne Labrador de 7 mois. Ses propriétaires ont décidé de se séparer d’elle et de l’amener à la fourrière car ils ne peuvent gérer son trop-plein d’énergie. Comme tous les chiens, Stella a ses défauts comme ses qualités. Oui, c'est une petite chienne très énergique voire quasi hyperactive mais elle a un bon nez et elle n'a pas peur des gens. Ces caractéristiques font partie de sa personnalité mais elles sont aussi dûes à son bagage génétique. Sa personnalité est tellement intense que, selon l’environnement dans lequel elle se trouve, Stella peut soit faire tourner au désastre une dynamique familiale, soit être un chien d’exception dans un milieu de travail approprié à ses capacités. Comme le dit Mathieu Lavallée: 

L'idéal est d'avoir deux êtres vivants heureux: le maître et le chien. - Mathieu Lavallée

Quelques notions de génétique canine

Mathieu Lavallée nous donne quelques caractéristiques génétiques pour certaines races de chien :

- Le Teckel à poil dur : il s’agit d’un chien de sang. C’est-à-dire que, si un chasseur tire mal un gibier et que ce dernier s’en va en saignant, le Teckel sera capable de le traquer en suivant les gouttes de sang perdues par la bête.

- Le Montagne des Pyrénées : c’est un chien fait pour garder les troupeaux. Ce n’est pas un chien rassembleur de troupeaux mais un chien créé pour aboyer à l’approche d’un loup ou d’un coyotte. Certains propriétaires de ces chiens mal renseignés ne comprendront pas pourquoi leur chien aboie quand il est seul dans la cour. Ils vont associer cela à des troubles du comportement... Alors qu’il s’agit de la nature profonde de leur chien.

- Le Berger allemand : à l’origine, ce chien était utilisé comme chien de troupeau. Aujourd’hui, l’homme a décidé d’en faire un chien de lignée de travail, voire des lignées de «conformation» comme dit Mathieu. C’est-à-dire qu’il est de plus en plus amené à correspondre à des standards esthétiques, critères établis par des clubs canins, qui ne prennent pas forcément en compte la santé du chien. Par exemple, les Bergers allemands sont de plus en plus créés avec les membres postérieurs plus arqués… Mais ça empêche ces chiens de courir et trotter comme ils le voudraient!

Mathieu a d'ailleurs rencontré Luc Campbell, un ancien éleveur de chiens, qui explique qu'autrefois, on créait des races de chiens pour des besoins réels mais que, par la suite, avec l’apparition des expositions canines, les races ont été reproduites à l’excès et la consanguinité élevée a fait en sorte qu'aujourd'hui les chiens s’affaiblissent et deviennent de plus en plus malade.

Le défi : trouver un environnement et une activité adéquats pour Stella

De par sa génétique, Stella est une bombe; elle est issue d’une lignée de chasse. Mathieu Lavallée, en tant que fournisseur pour les services frontaliers qui recrutent des chiens, voit tout de suite en Stella une candidate idéale pour le travail de pisteur. Par contre, pour être sûr que Stella serait heureuse et efficace dans un tel travail, Mathieu doit d’abord voir la personnalité ainsi que les aptitudes personnelles de la jeune chienne (si elle aime le jeu, si elle est persévérante, sa réation face aux autres chiens, etc...). Après plusieurs jours à observer Stella, Mathieu est confirmé dans son intuition. Il présente donc Stella à Gérald Marcil, un entraîneur qui forme des chiens pour la détection. L’objectif pour Stella : Réussir à s’asseoir si elle sent une odeur avec précision comme le font les chiens pisteurs. Stella passe le test et l’entraîneur accepte de garder Stella pour la former davantage. Après vingt jours passés avec Gérald Marcil, Stella a montré qu’elle est faite pour cette activité et cet environnement.

La nouvelle vie de Stella

Selon Mathieu Lavallée, le problème de surpopulation des fourrières au Québec n’est pas dû au fait que les chiens n'y trouvent pas de maîtres mais plutôt au fait que trop de maîtres y laissent leur chien. Elles se remplissent plus vite qu’elles ne se vident.

Les chiens de «compagnie» comme l’entendent beaucoup de propriétaires de chiens, sont rares. Les maîtres ont souvent un manque de connaissance quant aux caractéristiques génétiques de leur chien. D’où le fait que beaucoup de chiens se retrouvent à la fourrière très jeune. Passée la lune de miel des premiers mois avec un petit chiot bien mignon, ce n’est pas tout le monde qui est fait pour avoir un chien au quotidien.

Le respect de la génétique, de la personnalité et des aptitudes de Stella par Mathieu Lavallée ont permis à cette jeune chienne pleine d’énergie de ne pas finir médicamentée pour rester calme dans une fourrière mais d'avoir une nouvelle vie en intègrant une équipe de détection aux Douanes… L'environnement parfait pour elle!

Il faut savoir choisir et offrir le meilleur environnement possible selon le chien.
Le pire chien de l'un peut devenir le meilleur de l'autre selon le type d'environnement qu'on lui offre.
- Mathieu Lavallée

Découvrez la vraie nature de vos chiens en regardant Vies de chiens, tous les vendredis à 19 h 30 sur ICI Explora.