Leçon d’humilité : notre cerveau aurait rétréci de 10 % depuis 20 000 ans.

Et le psychologue britannique Bruce Hood propose dans son livre The Domesticated Brain une explication controversée : ce serait le résultat de la vie en société.

Ce n’est qu’une hypothèse : s’il est exact que l’expansion des sociétés humaines au cours des 20 000 dernières années constitue un changement majeur par rapport à la façon dont nos ancêtres utilisaient leur cerveau — chasser, cueillir, manger, dormir —, l’anthropologue John Hawks, lui, allègue plutôt que la diminution de la taille de notre matière grise vient tout simplement du fait que nous utilisons celle-ci plus efficacement.

Mais l’hypothèse de Bruce Hood fait sourire, parce que s’il a raison, on ose à peine imaginer l’impact qu’aura sur nos descendants le fait de « socialiser » désormais 24 heures sur 24 avec les nouvelles technologies...