Vue satellite de l'ouragan Dorian
Photo : NOAA via Getty Images

Des catastrophes naturelles qui ont marqué l'histoire

ICI EXPLORA

6 novembre 2020

Cyclones, inondations, séismes… même si notre planète est la plus habitable que nous connaissons, les phénomènes naturels qui s’y produisent ne sont pas pour autant moins destructeurs. Avec la crise climatique qui s’accentue, bon nombre de scientifiques estiment que la fréquence et la gravité de certaines catastrophes naturelles pourraient prendre de l’ampleur. Voici quelques-uns de ces événements extrêmes qui témoignent des dangers inhérents à une instabilité climatique.


Les vendredis à 20 h sur ICI Explora, la série Supernature témoigne des incroyables phénomènes naturels de notre planète et de l’évolution des espèces les plus résilientes!


Les inondations de 1931

En 1931, la Chine a été frappée par une série d’inondations sans précédent qui demeurent, à ce jour, l’une des catastrophes naturelles les plus mortelles de l’histoire humaine. Plusieurs grandes villes, notamment Wuhan, ont été frappées par des torrents d’une force dévastatrice qui ont mené au décès d’environ 2 millions de personnes, selon le rapport officiel de l’époque.

Photo d'archives des inondations de 1931 en Chine

Photo : Topical Press Agency/Hulton Archive/Getty Images

Les mois de pluies diluviennes qui ont suivi une période de grande sécheresse ainsi que la fonte rapide de la neige et de la glace de l’année précédente ont contribué à cet événement hors du commun.

Le cyclone de Bhola

Le cyclone qui a frappé le Bangladesh et l’Inde les 12 et 13 novembre 1970 reste à ce jour le plus dévastateur de l’histoire humaine. Les vents de 200 kilomètres-heure combinés à l’élévation du niveau de l’eau dans cette région du monde densément peuplé ont fait de 200 000 à 300 000 victimes et plus de 100 millions de dollars en dommages causés aux infrastructures. 

Une scène de dévastation après le passage du cyclone.

Photo : Express Newspapers/Getty Images

Cette catastrophe naturelle est à l’origine de nombreux protocoles de secours et d’intervention internationale développés par l’Organisation des Nations unies (ONU) et d’autres groupes d’aide humanitaire. 

L’éruption du Tambora et l’année sans été

En avril 1815, l'éruption volcanique du mont Tambora, en Indonésie, a eu un effet dramatique sur une grande partie de la planète. Moins connu que le mythique Vésuve, le Tambora est pourtant la source d’une éruption huit fois plus violente que celle qui a emporté Pompéi, ce qui équivaut donc à une puissance semblable à celle de plusieurs milliers de bombes nucléaires détonnant simultanément. Il s’agirait de la deuxième éruption la plus puissante de l’histoire humaine.

Le mont Tambora.

Photo : iStock

Les victimes de l’explosion initiale du volcan se chiffrent à environ 10 000, mais les raz de marée, les épidémies et la famine causés par l’éruption volcanique seraient responsables de plusieurs dizaines de milliers de morts supplémentaires. La quantité phénoménale de cendre dans l’atmosphère a aussi causé un refroidissement climatique dans l’hémisphère nord de la planète, un phénomène qualifié d’« hiver volcanique » par les scientifiques, qui a fait baisser la température moyenne d’un degré Celsius. Ce refroidissement est souvent considéré comme un facteur important des famines qui ont touché plusieurs pays dans les années suivantes.

Le séisme de 2010 en Haïti

Personne n’a oublié le terrible séisme qui a frappé Port-au-Prince en 2010. Un tremblement de terre d’une magnitude de 7 à 7,3 sur l’échelle de Richter est à l’origine de la tragédie qui a ravagé la capitale et son pays. Plus de 200 000 personnes sont décédées durant la catastrophe, et les dégâts causés aux infrastructures ont été estimés à plus de 8 milliards de dollars.

Des décombres suite au tremblement de terre de 2010 en Haïti.

Photo : Hector Retamal/AFP via Getty Images

Les impacts du séisme se font encore ressentir aujourd’hui en Haïti, qui fait toujours face à de nombreux défis sur les plans économique et humain, malgré l’aide internationale. En plus des séquelles psychologiques qui affligent toujours la population, le séisme de 2010 a aussi laissé sa marque sur les équipes de secouristes et les journalistes qui étaient sur place. 

Un tsunami dans l’océan Indien

En décembre 2004, un séisme d’une magnitude de 9,1 a soulevé de plusieurs mètres une énorme partie du sol océanique entre la Thaïlande et l’Indonésie, près de l’île de Sumatra. Ce déplacement terrestre a causé un tsunami ravageur de plus de 30 mètres de haut à son sommet, qui s’est dirigé vers les côtes des pays de la région, soit la Thaïlande, l’Inde, le Sri Lanka et l’Indonésie. 

Les effets des inondations de 2004 sur l'île de Sumatra.

Photo : Dimas Ardian/Getty Images

Environ 250 000 disparitions et décès ont été attribués aux deux catastrophes naturelles qui ont frappé cette région du monde. Il s’agit de l’un des tsunamis les plus dévastateurs de l’histoire. 

Un blizzard destructeur en Iran

Lorsque l’on pense à des pays enneigés, l’Iran fait rarement partie de la liste. Pourtant, le plus grave blizzard de l’histoire provient de cette région du monde, et la crise du verglas peut sembler bien banale en comparaison. En février 1972, une série de tempêtes de neige particulièrement violentes ont enseveli plusieurs dizaines de villages sous une épaisse couverture neigeuse qui atteignait près de huit mètres dans les secteurs les plus touchés. 

Région montagneuse de Zagros, Iran.

Photo : iStock

En plus d'endommager les infrastructures et les véhicules, l'impressionnante quantité de neige a totalement recouvert des endroits pendant plus d’une semaine, coupant toute possibilité de secours ou de réapprovisionnement. Au moins 4000 personnes seraient mortes en raison de cette catastrophe naturelle, un funeste chiffre qui inclut aussi la population totale d’un village de 100 personnes qui a été entièrement enseveli sous la neige.

Voici d’autres contenus qui pourraient vous intéresser :