Disparu du Saint-Laurent au cours des années 1960, le bar rayé y fait un retour encourageant. Les biologistes du ministère des Ressources naturelles du Québec rapportent que la réintroduction de 6300 bars et de 6,5 millions de larves entre 2002 et 2009 semble avoir permis d’établir une certaine population entre Montréal et Rimouski.

Des indicateurs importants sont à la hausse, comme par exemple le taux de croissance des poissons réintroduits à partir d’une population souche provenant de la rivière Miramichi, au Nouveau-Brunswick, puis élevés en pisciculture avant d’être relâchés. Les auteurs sont également en mesure de confirmer que des individus réintroduits se sont reproduits de manière naturelle dans le fleuve Saint-Laurent.

La surpêche, le braconnage, le dragage et l’entretien de la voie maritime auraient été les principales causes de la disparition du bar rayé au Québec. La réouverture de la pêche sportive au bar n’est évidemment pas pour demain, mais les pêcheurs ont de bonnes raisons d’espérer qu’un jour prochain, ils auront à nouveau le plaisir de taquiner ce poisson dans son habitat d’origine.