Les NFT s'introduisent dans l'univers des jeux vidéo

Axie Infinity.
Image tirée du jeu vidéo Axie Infinity.

Les jetons non fongibles (NFT) font beaucoup parler d’eux depuis quelques mois. Jusqu’à maintenant, ils ont surtout été utilisés dans la vente d'œuvres numériques, de mèmes ou de publications sur les réseaux sociaux, mais c’est aussi l’univers des jeux vidéo qui se trouve lentement mais sûrement transformé par la technologie. 

Les NFT permettent d’associer un code unique à n’importe quel objet numérique et d’ainsi vendre l’exemplaire original de celui-ci. Le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a par exemple vendu son tout premier « tweet » transformé en NFT pour la somme de 2,9 millions de dollars américains en mars dernier.

Les NFT sont une nouvelle manière d'échanger des actifs numériques qui se base sur la chaîne de blocs (blockchain, en anglais), la technologie derrière les cryptomonnaies comme le bitcoin (BTC) et les jetons d’ethereum (ETH ou ether).

Dans les jeux vidéo, les NFT peuvent être utilisés pour gérer l’échange d’éléments uniques entre les joueurs et les joueuses, et c’est ce qui est mis de l’avant avec de nouveaux jeux qui tentent de révolutionner l’industrie.

 

Être payé pour jouer?

Axie Infinity est le jeu le plus populaire en ce qui concerne l’utilisation des NFT. En juillet dernier, l’entreprise vietnamienne Sky Mavis, qui l’a développé, affirmait avoir environ 350 000 comptes actifs quotidiennement.

Inspiré de Pokémon, il s’agit d’un jeu simple en 2D avec un style artistique enfantin. Le but est d’y collectionner des Axies, de sympathiques créatures aux habiletés diverses qui servent à combattre ses adversaires.

Ce qui différencie Axie Infinity des autres jeux qui partagent cette prémisse, c’est son coût initial et la possibilité d’y faire un profit. Pour pouvoir jouer au jeu, il faut d’abord acheter un minimum de trois Axies qui se vendent sous la forme de NFT en échange d’ether, la cryptomonnaie la plus utilisée après le bitcoin.

Comme la valeur de ces créatures virtuelles dépend de la demande et du prix de l’ether, elle augmente sans cesse depuis les débuts du jeu en 2018. Alors qu’il fallait initialement débourser de 10 $ à 30 $ pour commencer à jouer, il faut payer aujourd’hui près de 1000 $ pour se lancer. Il est aussi possible d'emprunter des Axies en échange d'un partage de ses profits.

Le marché des Axies

Il faut acheter trois Axies pour débuter le jeu, mais même les créatures les plus communes se vendent à fort prix.

En progressant dans le jeu et en réalisant des quêtes, les joueurs et les joueuses obtiennent des objets spéciaux, dont les Smooth Love Potions (SLP) qui prennent la forme d’une cryptomonnaie. Les SLP peuvent ensuite être vendues sur différentes plateformes en échange d’argent réel.

Pour faire des profits, il est aussi possible d’élever des Axies et de les vendre aux nouvelles vagues de joueurs et de joueuses sous la forme de NFT. Ce modèle, bien qu’il puisse sembler payant, n’est pas sans rappeler un système de vente pyramidale : il faut toujours trouver de nouvelles personnes prêtes à acheter des Axies malgré leur prix qui gonfle sans cesse.

Selon la publication web The Conversation, les joueurs et les joueuses qui comptent le plus d’expérience peuvent gagner jusqu’à environ 500 $ par jour avec la vente des SLP et l’élevage d’Axies. Bien sûr, le rendement est beaucoup moins élevé pour la moyenne des gens, et il n’y a que les utilisateurs et les utilisatrices déjà bien implantés dans cet univers virtuel qui peuvent espérer de tels profits.

Axie Infinity représente la collection de NFT avec la plus grande valeur dans son ensemble. Depuis ses débuts, plus d’un milliard de dollars ont été générés par les différentes transactions effectuées sur la plateforme du jeu.

L’objet le plus dispendieux vendu dans le jeu est un Axie qui coûtait 300 ETH, soit un peu plus d’un million de dollars canadien lorsque le prix est ajusté avec la valeur actuelle de cette cryptomonnaie.

 

D’autres avenues pour les NFT?

Bien sûr, Axie Infinity n’est pas le seul jeu qui tente de se tailler une place dans l’univers des jetons non fongibles. Le système est entre autres particulièrement adapté pour les jeux de cartes à collectionner, puisqu’il permet aux joueurs et aux joueuses de vendre et d’acheter des objets uniques de façon sécuritaire.

Des jeux plus vieux ont aussi décidé d’implémenter la technologie au cœur de leur marché. C’est le cas pour The Sandbox, un petit jeu sorti en 2010 qui s’apparente à des titres comme Minecraft et Roblox.

On sait aussi que l’entreprise américaine GameStop travaille actuellement à créer sa propre plateforme pour les NFT, mais le but de celle-ci est encore un mystère. Pour un détaillant de jeux vidéo, il pourrait par exemple s’agir d’une manière de permettre à sa clientèle de s’échanger les exemplaires virtuels de certains titres, ce qui n’est pour l’instant pas possible avec les plateformes de vente comme Steam ou l’Epic Games Store.

Est-ce que les NFT sont simplement soutenus par un engouement passager? Il est trop tôt pour le dire, mais plusieurs projets d’envergure semblent indiquer que cette nouvelle manière de monnayer le virtuel pourrait très bien être monnaie courante dans l’avenir.