De plus en plus de gadgets et d’applications peuvent mesurer votre rythme cardiaque, les calories ingérées, la qualité de votre sommeil... De quoi s’éviter des visites inutiles chez le médecin... ou arriver avec un diagnostic déjà téléchargé lorsqu’on décide d’y aller.

Et ces applications ne cessent de s’améliorer: elles seront bientôt capables de mesurer la pression sanguine ou le niveau d’oxygène dans votre sang, et peut-être même de détecter un vilain virus.

Le revers de la médaille toutefois, c’est que si le message que vous envoie votre appareil préféré vous stresse, les données s’en trouvent faussées... et les futurs diagnostics aussi.

C’est dans cette perspective qu’un comité du ministère britannique de la santé se penche depuis novembre sur la façon dont ces nouvelles technologies pourraient être mises à profit pour « soutenir la prévention » et encourager les gens à prendre soin d’eux-mêmes... plutôt que de les envoyer à l’hôpital en raison d’un diagnostic mal interprété.