L'exploration spatiale, une série de grands pas

L'exploration spatiale, une série de grands pas

Martin Ouellet-Diotte , ICI EXPLORA

19 juillet 2019

Le 20 juillet 1969, l’humain pose le pied sur la surface lunaire pour la première fois. Les astronautes Neil Armstrong et Buzz Aldrin vivent le moment avec émotion; ils sont les premiers à marcher sur la Lune après six heures d’attente dans leur module lunaire et des années de préparation. Leur épopée sera présentée dans un documentaire aux images inédites samedi, sur la chaîne Explora, à l’occasion du 50e anniversaire de la mission Apollo 11. Grâce aux archives de la NASA, découvrez d’autres événements qui ont depuis marqué notre brève histoire spatiale.

 

Les découvertes attribuables au télescope spatial Hubble sont multiples. En activité depuis bientôt 30 ans, le télescope de la NASA, qui ressemble un peu à une boîte de conserve, continue de servir fidèlement les spécialistes de l’astrophysique. C’est entre autres grâce à Hubble que les scientifiques ont pu estimer l’âge de l’univers à environ 13,8 milliards d’années (avec une marge d’erreur de 21 millions d’années, précisons-le!).

La prestigieuse lunette astronomique prendra bientôt sa retraite : sa sortie d'orbite est prévue pour 2021.

La Station spatiale internationale (SSI), qui abritait jusqu’à tout récemment l’astronaute canadien David Saint-Jacques, n’est pas toute jeune! Comptant 21 ans d’activité, elle est le fruit d’une collaboration entre les agences spatiales américaine, russe, européenne, japonaise et canadienne. Des modules peuvent être ajoutés ou retirés de la SSI, ce qui permet de prolonger sa durée de vie et de l’adapter aux besoins des différentes agences.

Depuis les débuts de cette base spatiale, plus de 230 astronautes ont pu y mener à terme de nombreuses expériences. Certains d’entre eux ont même entrepris de publier sur Twitter leurs péripéties depuis l’espace. 

Si vous avez vu des photos de Pluton récemment, elles proviennent certainement de la sonde New Horizons. Lancée en 2006 avec pour but premier de fournir de l’information sur la planète naine, ce n’est qu’en 2015 qu’elle a accompli sa mission, après neuf ans de voyage dans le vide interstellaire. New Horizons continue depuis sa route.

En 2019, elle atteignait les frontières de la ceinture de Kuiper, à la limite de notre galaxie, entamant ainsi sa nouvelle mission, soit de fournir des données sur les objets les plus distants de notre système solaire.

L’astromobile Curiosity sert de véritable laboratoire martien pour la NASA depuis son atterrissage sur la planète rouge, en 2012. Après plus de 2 500 jours dans les sables hostiles de Mars, le robot d'un poids de 899 kilogrammes continue son bout de chemin, surpassant sa durée opérationnelle initiale.

Les découvertes de Curiosity sont multiples : le véhicule nous a notamment permis de mieux comprendre la composition du sol martien et de démontrer la présence antérieure d’une eau sous forme liquide.

SpaceX travaillait depuis plusieurs années sur différents prototypes de navettes spatiales. La rentrée réussie dans l’atmosphère et l’atterrissage vertical de la fusée Falcon 9, en décembre 2015, sont venus transformer le portrait de l’industrie spatiale. Ce type d’atterrissage permet avant tout la réutilisation du module principal de la navette, ce qui réduit énormément le coût des missions spatiales.

Une version subséquente de la navette, la Falcon Heavy, possède la plus grande capacité de transport parmi les véhicules spatiaux actuellement en service. Avec une telle feuille de route pour ce véhicule, il ne semble pas étonnant que la NASA ait développé un partenariat avec l’entreprise privée pour ses prochaines missions!

Bien que l’événement soit plus frais dans les mémoires, la réalisation de la première imagerie d’un trou noir est un événement historique. Jusqu’en avril dernier, les scientifiques se basaient sur des simulations et des théories afin d’illustrer le phénomène des trous noirs, mais l’Event Horizon Telescope (EHT) a permis de déterminer, hors de tout doute, leur existence et leur apparence. Ce trou noir ainsi découvert a été baptisé Powehi, un mot tiré de chants traditionnels hawaïens signifiant « une source sombre et majestueuse de création infinie ».

Tout comme la SSI, l’EHT existe grâce à une collaboration internationale entre plusieurs pays, où sont disposés des télescopes radio. C’est l’utilisation synchronisée de ce réseau de télescopes qui permet de percer les mystères qui se cachent parmi les étoiles.

Alors que Hubble compte ses derniers jours de service, son remplaçant se fait attendre avec impatience. Le télescope spatial James-Webb devait à l’origine être déployé en 2007, mais après des modifications importantes apportées à sa construction, celle-ci a été achevée seulement en 2016!

Depuis cette date, des tests exhaustifs sont effectués afin d’assurer la réussite de sa mise en service dans l’espace, une opération que la NASA prévoit actuellement pour mars 2021. Ce nouveau télescope spatial possède une surface de collection cinq fois plus grande qu’Hubble, ce qui permettra d’obtenir une imagerie beaucoup plus précise des secteurs de l’univers qui entourent le nôtre.