Un poisson-clown réfugié dans une anémone de mer.
Sam Yeh / AFP via Getty Images

Au sein du règne animal, d’étranges relations symbiotiques entre différentes espèces apparaissent parfois naturellement. Tout comme l’être humain s’est rapproché du cheval ou du chien, certains animaux ont développé des alliances mutuellement bénéfiques. Ces partenariats hors du commun leur permettent de chasser avec une plus grande efficacité, de mieux se défendre contre les prédateurs ou encore de se débarrasser des parasites.


Cet été, ICI Explora part à la rencontre des animaux qui peuplent notre monde, des prédateurs les plus féroces aux créatures les plus étranges de la planète. Découvrez un aperçu de notre programmation hebdomadaire ainsi que nos derniers contenus exclusifs sur la page Explora sauvage.  


Le coyote et le blaireau

Parmi les curieux duos animaliers, l’un des plus redoutables est sans doute celui formé du coyote et du blaireau. Ces prédateurs d’expérience développent parfois un partenariat très efficace pour chasser : les blaireaux peuvent facilement attraper les proies qui tentent de se réfugier sous terre, alors que les coyotes parviennent à rattraper rapidement celles qui prennent la fuite.

Selon le National Geographic, il s’agit d’une relation qui est très souvent à court terme entre les deux animaux, mais celle-ci n’est pas pour autant dénuée de ce qui pourrait s’apparenter à une forme d’amitié animale ou à une reconnaissance individuelle.

Le héron garde-bœufs et ses bovins

Comme son nom l’indique, le héron garde-bœufs possède une complicité particulière avec certains bovins. On le trouve souvent perché sans gêne sur la tête de ces grands mammifères.

Un buffle d'eau et des Hérons garde-bœufs

Photo : Strdel / AFP via Getty Images

Cette étrange complicité permet au héron de se nourrir des insectes et des parasites qui se trouvent dans la fourrure de l’animal. En échange, ce dernier bénéficie d’un bon nettoyage qui le débarrasse de ces petits irritants. 

Le poisson-clown et l’anémone de mer

Ceux et celles qui ont vu le film Trouver Nemo se souviennent sans doute de l’habitat particulier du petit poisson-clown : une anémone de mer! Cette relation symbiotique au cœur des récifs coralliens n’a pas été inventée par Pixar ou Disney, elle existe bel et bien dans la nature. En fait, on peut même dire que la survie des poissons-clowns dépend de la protection offerte par les anémones de mer.

Un poisson-clown dans une anémone de mer

Photo : Tarik Tinazay / AFP via Getty Images

Ils s’y réfugient pour être à l’abri des prédateurs, et c’est aussi de cette manière qu’ils protègent leurs œufs. Les tentacules venimeux des anémones ne les affectent pas, contrairement aux autres habitants du récif, qui gardent ainsi leur distance. En échange de ce foyer, les poissons-clowns protègent leur anémone en attaquant les parasites et les petits poissons qui parviennent à outrepasser ses défenses. C’est un partenariat qui dure généralement tout au long de la vie du poisson-clown, une période qui peut donc s’étendre sur une dizaine d’années.

Les crabes et les oursins

Une espèce bien particulière de crabes a développé une relation symbiotique avec les oursins. Comme pour le héron garde-bœufs, son nom laisse planer peu de mystère sur cette alliance pour le moins unique : il s’agit du crabe porte-oursin.

Si en lisant ce nom vous imaginez un petit crabe portant un oursin sur son dos, l’image que vous avez en tête correspond à la réalité. L’oursin se laisse porter par le crabe, qui le dépose habilement sur sa carapace. Avec ses épines venimeuses, l’oursin offre une protection supplémentaire au crabe et celui-ci lui rend service en le déplaçant rapidement vers de nouvelles sources de nourritures. 

Le phacochère et la mangouste

Ce partenariat vous rappelle peut-être d’autres personnages classiques de Disney : Timon et Pumbaa, le phacochère et le petit suricate qui forment un charmant duo dans Le roi lion. Sans surprise, le studio d’animation s’est à nouveau inspiré de la réalité.

Une mangouste déguste les insectes dans la fourrure d'un phacochère.

Les mangoustes et les phacochères possèdent une relation symbiotique dans la savane africaine. Encore une fois, il s’agit d’un partenariat bénéfique pour les deux animaux. La mangouste mange les insectes et les parasites qui se retrouvent sur le phacochère et ce dernier lui offre aussi une certaine protection contre les prédateurs par sa seule présence.

EN COMPLÉMENT