Vaut-il la peine de dépenser plus pour des aliments biologiques afin d’offrir une saine alimentation à ses enfants? Pour aider les parents à répondre à cette question, l’Académie américaine de pédiatrie a analysé 36 articles scientifiques portant sur l’alimentation biologique.

Il en ressort un rapport assez mitigé : les aliments biologiques offrent généralement les mêmes nutriments (vitamines, minéraux, protéines, lipides, etc.) que les aliments provenant de l’agriculture conventionnelle. Toutefois, une plus haute concentration de vitamine C se retrouverait dans les légumes à feuilles biologiques, comme les laitues ou les épinards, selon les résultats de 21 des études analysées.

Les aliments bio contiennent aussi peu de pesticides et d’antibiotiques puisque leur production repose sur un élevage et une agriculture excluant les produits chimiques, les hormones, les antibiotiques, la génétique ou l’irradiation.

Les chercheurs soutiennent cependant qu’il n’y a pas de preuve, à long terme, démontrant que se nourrir d’aliments biologiques améliore la santé ou diminue les risques de contracter des maladies.

Les pédiatres soulignent plutôt l’importance pour les enfants d’avoir une alimentation riche en fruits et légumes et grains entiers. « De nombreuses familles ont un budget dédié à l’alimentation limité, il ne faut pas qu’elles consomment moins d’aliments santé sous prétexte d’acheter des produits biologiques », souligne Janet Silverstein, membre du comité sur la nutrition de l’AAP et coauteure de l’étude.

Si le coût du panier d’épicerie est un facteur important pour une famille, les parents devraient être sélectifs dans leur choix d’aliments biologiques, estiment les auteurs de l’étude. Il n’y aurait, par exemple, pas d’avantage à choisir du lait biologique.

Pour la viande, le choix de produits biologiques pourrait toutefois se justifier : consommer la chair d’animaux élevés sans antibiotiques pourrait aider à réduire la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Les chercheurs suggèrent qu’une étude longitudinale rigoureuse soit entreprise afin de mesurer l’impact de l’exposition hormonale, via la consommation de lait et de viande, et environnementale sur la croissance et le développement des enfants.

EN COMPLÉMENT

Un marché en croissance

Le marché américain des produits biologiques est en expansion : de 3,5 milliards $ US en 1996, il est passé à 28,6 milliards $ US en 2010, selon l’Association du commerce biologique. Selon un sondage réalisé en 2011, 78 % des familles américaines affirment préférer les produits biologiques.

Au Canada, ce marché – plus modeste – connaît aussi une forte croissance : la consommation de ce type d’aliments a augmenté plus rapidement que la production.