Science et technologie

Une patate atteint la stratosphère
Laurence Godcharles , ICI EXPLORA
Publié le 25 octobre 2018

Une patate grelot dans la stratosphère
Gracieuseté Tristan Leblanc

À seulement 17 ans, Tristan Leblanc est parvenu à faire voyager une patate grelot près de l’espace. Grâce à un ballon stratosphérique, qu’il a fabriqué seul chez ses parents, il a mené une expérience habituellement réalisée par des universitaires. Plus de 20 jours après cet exploit, l’étudiant de cinquième secondaire confie qu’il n’existe aucun mot pour décrire la fierté qui l’habite.

La création d’un ballon-sonde requiert des connaissances scientifiques considérables, tant en physique, qu’en mathématiques ou en chimie… Pour réussir, il faut travailler d’arrache-pied au préalable, et cela, Tristan l’avait bien compris. Avant d’envoyer vers le ciel sa patate grelot, surnommée Billy, le 1er octobre dernier,  il s’est affairé pendant plus de huit mois à la conception de l’engin qui lui permettrait de réaliser cet exploit.

Sa fascination pour le milieu spatial ne date évidemment pas d’hier. Il souligne adorer les documentaires à propos de l’espace et s’informer depuis quelques années sur l’actualité en lien avec ce sujet. « Je me passionne pour tout ce qui a trait à la NASA et à SpaceX », affirme celui qui aspire à devenir ingénieur aérospatial ou mécanique.

C’est lorsqu’une éclipse solaire totale exceptionnelle a traversé le ciel américain au mois d’août 2017 que l’idée de propulser Billy dans les airs a germé dans la tête du jeune homme. « Je me suis demandé à quoi ressemble l’ombre d’une éclipse solaire sur la Terre. J’ai alors eu envie de la voir à partir de la stratosphère », raconte-t-il.

Puisqu’un phénomène d’une telle envergure ne se produit pas tous les ans, Tristan s’est dit qu’il essaierait dès maintenant d’observer la Terre de ce point de vue, l’éclipse en moins. Après tout, pourquoi remettre à plus tard ce qu’on peut faire maintenant!

Mais comment allait-il pouvoir concrétiser son désir? Un vol d’avion s’avère trop coûteux. Louer une fusée se révèle impossible et les drones ne peuvent pas atteindre la stratosphère. « Tu connais le film Là-haut [Up]? me demande-t-il. Eh bien, j’ai pensé qu’en faisant pareil, j’allais réussir. » Concrètement, il souhaitait faire voler des caméras à l’aide de ballons gonflés à l’hélium. Cette idée a d’ailleurs été concluante.

Un été à chercher

Alors que la majorité de ses copains occupaient leur premier emploi d’été, Tristan a préféré se concentrer sur ce qu’il considérait comme un rêve. Des recherches, il en a effectué à la tonne. « J’ai regardé tout ce qui a été fait ou presque. Je voulais absolument dénicher les matériaux qui me permettraient de confectionner la sonde la plus simple, la plus efficace, mais surtout la moins coûteuse », explique l’élève de l’Académie Sainte-Thérèse.

Le plus surprenant dans cette histoire est qu’il a tout opéré en solo, de la documentation à la réalisation, et ce, pour son propre plaisir. « Je n’avais aucune connaissance à la base. C’est vraiment les informations sur Internet qui m’ont aidé », précise-t-il. Pendant près d’un an, Tristan a examiné les expériences similaires exécutées par le passé, afin de ne pas reproduire les erreurs de ceux qui l’ont précédé.           

Pas toujours facile

L’un des éléments les plus ardus a été de trouver la caméra parfaite, celle qui résisterait au froid et qui prendrait de belles images. « Au début, je voulais faire chauffer les caméras avec des chauffe-pieds, comme ceux qu’on utilise en ski, mais je me suis rapidement rendu compte que pour fonctionner, ils avaient besoin d’oxygène, chose qu’il n’y a pas en haute altitude », souligne-t-il.

Avec son budget réduit, Tristan a dû faire preuve d’immensément d’ingéniosité pour arriver à ses fins. « Je testais les caméras dans le congélateur du garage à -18 °C. Une fois, je les ai oubliées pendant une fin de semaine complète », se rappelle-t-il en riant.

Tout a été construit de manière artisanale. Dans la nacelle, fabriquée en styromousse, le futur scientifique a inclus une caméra GoPro, une autre dite « grand-angle », en plus d’une montre intelligente pour calculer la distance parcourue, de deux batteries externes et d’un GPS.

Le vol a finalement duré 2 h 57 à une vitesse maximale de 184 km/h. Des calculs mathématiques ont permis d’évaluer le point culminant de l’altitude à 106 929 pieds, représentant 32 600 mètres. « Savoir que Billy s’est rendu jusque-là me rend plus que content, mentionne-t-il . La patate grelot avait dépassé les avions. Mis à part les astronautes, elle était possiblement la seule chose vivante à une telle hauteur. »

 

Grâce à cette expérience, Tristan a pris conscience d’un bon nombre de principes qui le suivront probablement longtemps. En étant régulièrement confronté à des attitudes défaitistes de la part de ses proches et de Transport Canada, il a eu, malgré lui, une belle leçon de détermination. « Ce n’est pas parce que quelqu’un va te dire que ça ne fonctionnera pas que c’est réellement le cas. » S’il y a bien une chose qu’il a apprise, dit-il, c’est de croire en ses projets et de toujours y aller à fond.

Et si vous vous demandiez pourquoi il a inséré un drapeau de l’émission Infoman et un autre du Québec, c’est tout simplement parce qu’il s’agit de son émission préférée et parce qu’il s’estime fier d’être Québécois!


Voici une vidéo créée par Tristan Leblanc qui retrace le vol de Billy la patate le premier octobre 2018 :

Vous aimerez aussi