Vie sauvage

PLEIN FEU SUR LE MARABOUT D’AFRIQUE
Julie Hébert , Zoo de Granby
Publié le 14 août 2018

PLEIN FEU SUR LE MARABOUT D’AFRIQUE

Doté d’un physique plutôt ingrat, le marabout d’Afrique intrigue plus qu’il ne séduit. Rappelant vaguement la cigogne, il se distingue de son élégante cousine par sa tête et son cou dégarnis, de même que par son bec robuste, large et tranchant : en fait, sa tête de ptérodactyle donne froid dans le dos à quiconque croise son regard inquisiteur! Mais comme chez de nombreuses espèces animales, c’est dans sa personnalité et ses capacités extraordinaires que se cache tout son charme.

Principalement charognard, c’est pour éviter de se souiller les plumes lorsqu’il plonge dans une carcasse que sa tête est dégarnie. Bien que son bec lui permette de percer le cuir résistant de ses proies, il laisse habituellement les vautours ouvrir les carcasses avant de s’imposer. Son estomac produit des acides gastriques assez puissants pour digérer les os! Les marabouts sont connus pour chasser le flamant rose, qu’ils attrapent en causant la panique dans la colonie. Ils sont également attirés par les feux de brousse devant lesquels ils marchent afin d’attraper les petits animaux qui fuient le brasier.

Impossible de manquer la poche gulaire, présente chez les deux sexes, et qui mesure jusqu’à 35 cm de long. Communicant avec la narine gauche de l’oiseau, elle agit comme une caisse de résonance pour aider le charognard à produire un son guttural lors de la reproduction. Des prouesses aériennes viennent sceller l’union entre le mâle et la femelle, unis pour la vie.

Pour découvrir encore plus d'animaux intrigants et fascinants voyez Afrique sauvage tous les lundis, 17 h.

Vous aimerez aussi