Science et technologie

Se rééduquer en mode « techno »
Publié le 23 novembre 2015

Se rééduquer en mode « techno »

Une entorse à la cheville déséquilibre votre posture? Une luxation de l’épaule vous immobilise? Ne serait-il pas beaucoup plus amusant d’allumer la console de jeux ou de pianoter sur le téléphone intelligent pour procéder à votre rééducation physique? Voilà l’idée mise en pratique par une équipe de chercheurs du Laboratoire de simulation et de modélisation de l’Université de Montréal.

Les nouvelles technologies participeront bientôt à votre guérison, affirme d’emblée Ariane Crépeau Rousseau, agente de recherche et coordonnatrice du projet TeKPhy, qui vise à identifier, adapter et développer des outils technologiques susceptibles d’être utilisés par les professionnels de santé. Le but de ce projet? « Nous voulons que les futurs professionnels de la santé soient à l’affût des technologies et développent leur esprit critique face à celles-ci, mais surtout qu’ils s’en servent pour améliorer leur pratique », déclare la chercheuse.

Ces outils offrent en effet beaucoup de potentiel tant pour les professionnels que pour les usagers. Des études se sont d’ailleurs déjà penchées, plus particulièrement chez les enfants, sur les vertus de la WII Sport et Kinect de Xbox, pour la perte de poids et la remise en forme. « Pour l’instant, c’est juste du jeu. Mais nous rêvons de créer des applications aussi amusantes qu’utiles pour la réadaptation, où le geste ne sera pas modifié aux dépens du jeu », précise la kinésiologue.

Cependant, les technologies existantes ne possèdent pas encore la précision des outils de mesure de laboratoire. Elles offrent tout de même une base sur laquelle des applications spécifiques en rééducation peuvent être développées. Le logiciel TeKilibre, par exemple, conçu par l’équipe montréalaise à partir d'une plateforme Wii Balance Board donne au professionnel de la santé des informations sur l’équilibre postural de l’usager.

Le projet TekPhy, qui contient les applications disponibles aujourd’hui et les prototypes développés par les chercheurs, connaît déjà du succès dans les classes. Pour mesurer les dépenses énergétiques des utilisateurs, les chercheurs s’appuient sur des applications simples, accessibles et pertinentes comme Runkeeper et Runtastic et pour la mesure de l'amplitude articulaire, sur Goniometer Records et Clinometer.

La force du ludique

Le faible coût et la facilité d’accès de ces technologies expliquent aussi leur pertinence. « Il existe des millions d’applications pour téléphone intelligent, c’est la jungle, et les consoles de jeu sont devenues abordables. Mais ils sont aussi excellents pour la motivation et le côté ludique », précise Mme Crépeau Rousseau. De nombreuses rééducations n’aboutissent pas à la guérison, car les patients ne poursuivent pas les mouvements quotidiens le temps nécessaire. Ces consoles pourraient lutter contre le découragement et la monotonie. « Elles ne remplaceraient jamais l’avis du professionnel, mais elles peuvent bonifier notre travail », indique-t-elle.

Développé dans le cadre de programmes collégiaux de techniques de réadaptation physique du Collège Dawson et du Cégep Marie-Victorin, ce projet d’intégration des technologies intelligentes en kinésiologie et en techniques de réadaptation physique réunit des ingénieurs, des cliniciens, des professeurs et des étudiants pour départager le bon grain de l’ivraie technologique.

Pour en savoir plus

La page Facebook du projet TEKPHY

Le 20 novembre prochain se tiendra le colloque KinésiUM 2015, consacré aux technologies au service du mouvement.

Vous aimerez aussi