Vie sauvage

Des oiseaux rois de l'adaptation
Publié le 8 septembre 2017

Des oiseaux rois de l'adaptation

Crédit photo: Viktor Kern/Unsplash

Les citadins sont habitués à côtoyer les pigeons et les goélands, même si cette cohabitation n’est pas toujours harmonieuse. Il est donc intéressant de se rappeler que ces oiseaux ont réalisé tout un exploit: ils se sont merveilleusement bien adaptés au développement humain, comme l’a expliqué Manon Sorais, candidate au doctorat au Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal, lors de la balade Place à l’écologie urbaine!. Voici quelques données surprenantes qui vous feront peut-être voir ces animaux d’un autre œil!

Les pigeons sont un bon exemple d’adaptation génétique et comportementale à la vie en ville. Pour nous parler de l’adaptation génétique, Mme Sorais nous a posé la question: «D’après vous, pourquoi y a-t-il plus de pigeons gris que de pigeons blancs à Montréal?». Pas si facile de répondre, hein? Voici son explication:

Pour ce qui est de l’adaptation comportementale des pigeons, Manon Sorais nous a demandé: «Pourquoi les pigeons emportent-ils des mégots de cigarette dans leurs nids?» La réponse est assez impressionnante: c’est parce que les produits chimiques contenus dans les mégots tuent les parasites qui vivent dans le nid des pigeons!

Elle a enchaîné en disant que le roi de l’adaptation comportementale est le goéland à bec cerclé. C’est d’ailleurs le sujet de ses recherches. Elle installe sur l'oiseau un petit GPS pour suivre ses déplacements.

Crédit photo: Manon Sorais

Elle nous a présenté cette carte qui représente le trajet de trois goélands qu’elle étudie. 

Données de Manon Sorais, 2017

Voici la preuve que les goélands trouvent leur compte dans leur cohabitation avec l’humain: les lignes rouges montrent que le goéland s’alimente dans les dépotoirs, les lignes mauves indiquent que le goéland profite de la nourriture qu’il trouve en ville, alors que les lignes jaunes représentent le trajet d’un goéland qui s’alimente dans les champs agricoles.

Alors la prochaine fois que vous vous ferez voler votre sandwich par un goéland ou que vous serez incommodé par les excréments de pigeons, pensez à leur exploit d’adaptation à la vie avec les humains!

Crédit photo: Manon Sorais

Si le sujet vous intéresse, ne manquez pas le documentaire Le retour des pygargues dans lequel on suit l’histoire captivante d’un couple de pygargues à tête blanche, afin de comprendre comment ils ont réussi à s’adapter à la ville.

Ajouter un  commentaire


Merci de prouver que vous n'êtes pas un robot
Incorrect. Essayez de nouveau.
Vous aimerez aussi