Vie sauvage

Au rythme de l'hibernation
Publi le 19 février 2018

Au rythme de lhibernation
Voici des animaux qui excellent dans ladaptation au froid du Qubec. Leur hibernation, soit un tat dendormissement trs profond, dure de lautomne au printemps.
Petite chauve-souris brune
Mammifre
Myotis lucifugus
Chauve-Souris
Durant lhibernation
  • Elle entre en tat de torpeur de sorte que son systme fonctionne au ralenti.

  • Son rythme cardiaque passe denviron 400 1000 battements/minute 25 battements/minute.

  • Elle utilise ses rserves de graisse pouvant reprsenter jusqu 30-35% de son poids.

  • La priode d'hibernation est perturbe par un champignon, le syndrome du museau blanc, qui augmente les priodes de rveil des chauves-souris qui meurent dpuisement.

  • Elle hiberne dans une grotte ou une mine abandonne.

  • La temprature autour d'elle est lgrement au-dessus de zro. Sa temprature corporelle passe de 36 C environ 4 6 C.

Grenouille des bois
Amphibien
Lithobates sylvaticus
Grenouille
Durant lhibernation
  • Elle congle, mais ne doit pas geler plus de 65% pour survivre.

  • Elle est cliniquement morte, car son cur cesse de battre.

  • Le glucose produit par son foie empche ses cellules de se dtriorer basse temprature.

  • Elle passe l'hiver dans la litire de feuilles sous un couvert de neige ou dans lanfractuosit dun tronc ou dune branche.

  • La temprature autour delle peut descendre sous zro.

Tortue gographique
Reptile
Graptemys geographica
Tortue
Durant lhibernation
  • Cette espce vulnrable au Qubec refroidit sans geler.

    Certains nouveau-ns survivent des tempratures sous zro en entrant en tat de surfusion, ce qui vite la conglation de leurs fluides corporels.

  • Son rythme cardiaque passe denviron 40 battements/minutes 1 battement/10 minutes.

  • La tortue hiberne au fond de l'eau, sur le fond bien oxygn d'un cours deau ou d'un lac. Certains nouveau-ns peuvent hiberner au nid, sur terre.

  • La tortue peut respirer par son derrire (respiration cloacale) lors de lhibernation.

  • La plus basse temprature au fond de l'eau est de 4C.

Recherche et rdaction : Judith Jacques, Infographie : Marie-Loc Snamaud, Rvision : Flix Faucher

Infographie labore grce la collaboration des biologistes Louise Gratton, Louis Lazure (Zoo de Granby), Sbastien Rouleau (Zoo comusum) et Yohann Dubois, Nathalie Desrosiers et Jean-Pierre Fillion (Ministre des Forts, de la Faune et des Parcs), ainsi qu' Kenneth B. Storey, professeur de biochimie lUniversit Carleton, Ronald J. Brooks, professeur au dpartement de biologie intgrative de lUniversit de Guelph et Julie Moffet de la fondation Monique-Fitz-Back.

Ajouter un  commentaire


Merci de prouver que vous n'tes pas un robot
Incorrect. Essayez de nouveau.
Vous aimerez aussi